Mort de Frédéric Leclerc-Imhoff : toutes les précautions avaient été prises, assure sa fixeuse

"Nous suivions un itinéraire officiellement établi, avec accompagnement, en respectant toutes les règles", écrit Oksana Leuta sur Facebook.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le journaliste Frédéric Leclerc-Imhoff, photographié lors d'un de ses reportages, a été tué près de Sievierodonetsk (Urkaine), le 30 mai 2022. (HANDOUT / BFM TV / AFP)

La journaliste-traductrice ukrainienne qui accompagnait Frédéric Leclerc-Imhoff, tué lundi en Ukraine, a assuré mercredi 1er juin que leur équipe avait pris toutes les précautions possibles en de telles circonstances. Dans une publication sur son compte Facebook, Oksana Leuta écrit : "On me demande si toutes les règles de sécurité avaient été respectées (...) Nous suivions un itinéraire officiellement établi, avec accompagnement, en respectant toutes les règles."

"Nous portions des gilets pare-balles et des casques, nous étions équipés de trousses de premier secours et de garrots, dans un véhicule humanitaire blindé qui devait évacuer des civils", ajoute la fixeuse. "Cette tragédie aurait-elle pu être évitée ? Bien sûr ! Si seulement la Russie cessait de bombarder les convois humanitaires, les ambulanciers, les civils et les journalistes", poursuit Oksana Leuta.

Elle rend ensuite hommage au journaliste français. "Je garderai de lui le souvenir d'une personne sensible, attentive, vivante et dévouée à son travail. Sa vie était le prix à payer pour dire la vérité sur cette guerre, ajoute-t-elle. Sa mort est une terrible injustice. Je compatis profondément avec les amis et les parents de Frédéric. Je comprends et partage votre douleur."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.