Cet article date de plus d'un an.

Guerre en Ukraine : Volodymyr Zelensky demande à la Russie d'accepter des négociations sérieuses

Alors que les combats se poursuivent, le président ukrainien appelle le Kremlin à jouer le jeu des négociations, pour "minimiser les dégâts causés par ses propres erreurs".

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, le 18 mars 2022 à Kiev (Ukraine). (UKRAINE PRESIDENCY / AFP)

Il veut de vraies négociations pour mettre fin à la guerre en Ukraine. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a jugé samedi 19 mars qu'il était temps pour la Russie d'accepter de se "réunir" pour "discuter" sérieusement de paix. "Des négociations portant sur la paix et la sécurité pour l'Ukraine sont la seule chance pour la Russie de minimiser les dégâts causés par ses propres erreurs", a déclaré le chef d'Etat dans une vidéo publiée sur Facebook, filmée de nuit dans une rue déserte.

"Il est temps de nous réunir. Il est temps de discuter. Il est temps de restaurer l'intégrité territoriale et la justice pour l'Ukraine, a plaidé Volodymyr Zelensky. Autrement, les pertes pour la Russie seront telles qu'il faudra plusieurs générations pour qu'elle s'en remette."

Des pourparlers au point mort

Plusieurs rounds de tractations entre Kiev et Moscou se sont déroulés en présentiel et par visioconférence depuis l'invasion russe de l'Ukraine lancée le 24 février. Le quatrième s'est ouvert lundi au niveau de délégations négociant à distance. Le chef de la délégation russe a évoqué vendredi soir un "rapprochement" des positions sur la question d'un statut neutre de l'Ukraine et des progrès concernant la démilitarisation du pays. Il a toutefois relevé des "nuances" à propos des "garanties de sécurité" réclamées par l'Ukraine.

Mais un membre de la délégation ukrainienne, le conseiller de la présidence Mikhaïlo Podoliak, a indiqué que les "déclarations de la partie russe ne sont que leurs demandes de départ". "Notre position n'a pas changé : cessez-le-feu, retrait des troupes [russes] et garanties de sécurité fortes avec des formules concrètes", a-t-il tweeté.

Pendant ce temps, les bombardements et les combats font rage à travers l'Ukraine, en particulier pour la très convoitée ville de Marioupol (sud-est). L'armée russe a affirmé vendredi avoir réussi à y pénétrer et combattre en centre-ville aux côtés de troupes de la "république" séparatiste de Donetsk. La prise de Marioupol serait un important tournant dans la guerre et permettrait à la Russie d'assurer une continuité territoriale entre ses forces venues de Crimée annexée (sud) et les troupes du Donbass (est).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.