Cet article date de plus de deux ans.

Guerre en Ukraine : Washington juge "crédible" que Moscou "vole" du blé ukrainien "pour le vendre"

Le chef de la diplomatie accuse Moscou de voler le blé bloqué en Ukraine par le conflit pour le revendre à son profit.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (DOGUKAN KESKINKILIC / ANADOLU AGENCY)

La Russie se fait-elle du blé sur le dos de l'Ukraine ? C'est l'accusation portée par le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken lundi 6 juin. Le diplomate juge "crédibles" les informations selon lesquelles la Russie "vole" les exportations de céréales ukrainiennes, bloquées en raison du conflit, "pour les vendre à son propre profit". "Tout cela est délibéré", a-t-il dit lors d'une conférence virtuelle sur l'insécurité alimentaire, accusant le président russe Vladimir Poutine de faire du "chantage" pour obtenir une levée des sanctions internationales contre l'invasion de l'Ukraine.

>> ENQUETE FRANCE INFO. On a traqué les convois russes accusés de détourner le blé ukrainien et d'aggraver "une crise alimentaire mondiale"

Il a estimé que Moscou avait en outre commencé à garder ses propres exportations de nourriture, après avoir imposé un "blocus naval en mer Noire qui empêche les récoltes ukrainiennes d'être acheminées" à travers le monde. Le New York Times (en anglais) a rapporté que Washington avait averti mi-mai 14 pays, principalement en Afrique, que des cargos russes transportaient des "céréales ukrainiennes volées". Antony Blinken a fait référence à cet article du quotidien américain, sans toutefois confirmer directement l'alerte adressée aux pays africains.

20 à 25 millions de tonnes de céréales bloquées

L'ambassadeur d'Ukraine à Ankara avait accusé dès vendredi la Russie de "voler" et d'exporter des céréales ukrainiennes notamment vers la Turquie. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dit lundi que 20 à 25 millions de tonnes de céréales étaient actuellement bloquées en Ukraine en raison de la guerre, un volume qui pourrait tripler d'ici l'automne. "Nous avons besoin de couloirs maritimes et nous en discutons avec la Turquie et le Royaume-Uni" ainsi qu'avec l'ONU, a-t-il affirmé.

Le conflit russo-ukrainien oppose depuis le 24 février deux superpuissances céréalières – la Russie et l'Ukraine assurent à elles deux 30% des exportations mondiales de blé. Il a provoqué une flambée des cours des céréales et des huiles, dont les prix ont dépassé ceux atteints pendant les printemps arabes de 2011 et "les émeutes de la faim" de 2008.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.