Guerre en Ukraine : Vladimir Poutine s'est rendu à Marioupol, première visite du président russe en zone conquise

La veille, le chef du Kremlin avait effectué une visite surprise en Crimée, pour le neuvième anniversaire de l'annexion de cette péninsule ukrainienne.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le président russe Vladimir Poutine visite le théâtre de Marioupol, en Ukraine, le 19 mars 2023. (AP / SIPA)

Arrivé en hélicoptère, il a fait un tour de la ville au volant d'une voiture, selon le Kremlin. Vladimir Poutine s'est rendu à Marioupol dimanche 19 mars, sa première visite dans une zone conquise depuis le début de l'offensive russe en Ukraine en février 2022. Cette ville portuaire du sud du pays a été dévastée par les bombardements et est devenue le symbole de la résistance contre l'invasion du pays. 

Selon des images diffusées par la télévision russe, le déplacement a eu lieu de nuit, Vladimir Poutine se faisant présenter l'éclairage des rues et parlant avec des habitants. "Nous prions pour vous", lui a assuré une habitante, en affirmant que la ville était "un petit bout de paradis". Vladimir Poutine a également visité un théâtre musical reconstruit et suivi la présentation d'un rapport sur les travaux de reconstruction de la ville en ruines, selon le Kremlin. "Tout cela était très spontané", a assuré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. "Ses déplacements en ville n'étaient pas prévus non plus", a-t-il assuré.

La ville détruite à 90%, selon Kiev

Le président russe a fait cette visite de nuit "comme s'il était un voleur", a rétorqué le ministère ukrainien de la Défense. "Les criminels reviennent toujours sur les lieux de leurs crimes… Le meurtrier de milliers de familles de Marioupol est venu admirer les ruines de la ville et ses tombes. Cynisme et absence de remords", a de son côté écrit sur Twitter le conseiller présidentiel ukrainien Mykhaïlo Podoliak.

La ville est tombée en mai 2022 après une résistance acharnée de soldats ukrainiens retranchés, aux côtés de civils, dans les souterrains de l'immense aciérie Azovstal. Selon Kiev, Marioupol a été à 90% détruite et au moins 20 000 personnes y ont péri. L'Union européenne avait qualifié le siège de la ville de "crime de guerre majeur".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.