Guerre en Ukraine : Vladimir Poutine alourdit les peines pour reddition ou refus de combattre

Ces amendements au Code pénal prévoient des peines allant jusqu'à 10 ans de prison.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président russe Vladimir Poutine préside une réunion du Conseil de sécurité par liaison vidéo à Moscou, le 23 septembre 2022. (GAVRIIL GRIGOROV / SPUTNIK / AFP)

Le Kremlin durcit encore un peu plus le ton. Vladimir Poutine a signé, samedi 24 septembre, des amendements prévoyant jusqu'à 10 ans de prison pour les militaires qui se rendent ou refusent de combattre en période de mobilisation, comme c'est le cas actuellement. Ces amendements au Code pénal, qui avaient été votés par le Parlement cette semaine, ont été publiés sur le portail légal du gouvernement et sont donc entrés en vigueur.

Ces changements législatifs interviennent alors que la Russie a décrété cette semaine une mobilisation partielle des réservistes pour combattre en Ukraine, où les forces de Moscou ont essuyé des revers ces dernières semaines. Cet ordre de mobilisation, qui concerne selon les autorités 300 000 personnes, a suscité l'inquiétude de nombreux Russes, certains choisissant de quitter le pays.

Au moment où Moscou cherche par tous les moyens à recruter plus d'hommes pour aller au front en Ukraine, le président russe a également signé samedi une loi qui facilite l'accès à la nationalité russe pour les étrangers s'engageant dans l'armée.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.