Guerre en Ukraine : "Marioupol est conquise, mais pas contrôlée totalement", pour le spécialiste Pierre Servent

Publié
Article rédigé par
Radio France

Pour ce spécialiste des questions de défense, la ville de Marioupol est passée dans le giron russe, mais la poche de résistance de l'acierie Azovstal sera dure à maîtriser.

Pierre Servent, spécialiste des questions de défense et militaire, estime samedi 23 avril sur franceinfo que la ville de Marioupol, dans le sud-est de l'Ukraine, "est conquise mais pas contrôlée totalement" par les Russes. Port stratégique pour accéder à la mer d'Azov, Marioupol est assiégée depuis près de deux mois.

>> Que se passe-t-il à l'usine Azovstal, le dernier refuge des soldats ukrainiens à Marioupol ?


Moscou a annoncé vendredi viser le contrôle total du sud de l'Ukraine et de la région du Donbass. À Marioupol, "il reste plus de 100.000 civils dont un millier qui ont pu se réfugier dans l'aciérie Azovstal", indique le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

C'est là que se trouve la "dernière poche" que les Russes tentent de "faire tomber", confirme Pierre Servent. Ce "dernier carré de résistance sur à peu près 10 kilomètres carrés", dans cette ancienne usine métallurgique, est "une zone assez compliquée à maîtriser", précise-t-il. "Il y aurait entre 1 000 et 1 500 combattants, notamment du bataillon Azov, qui seraient (...) dans les tunnels et les souterrains" qui servaient autrefois à déplacer les wagonnets de minerai, et "peut-être un millier de civils".

"La politique du Kremlin est très claire : 'pas une mouche' ne doit rentrer dans cet endroit", rappelle le spécialiste militaire, ce qui explique la stratégie "d'encercler, faire un siège comme au Moyen-Âge". Vladimir Poutine ne veut "surtout pas risquer un soldat russe dans un combat souterrain où il pourrait y avoir des pertes", explique Pierre Servent. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.