Guerre en Ukraine : les statues déboulonnées du poète Alexandre Pouchkine, symboles de la "dérussification" prônée par Kiev

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 7 min.
Alexandre Pouchkine est un des symboles de la culture russe que les autorités ukrainiennes souhaitent effacer de leur pays. (ELLEN LOZON / FRANCEINFO)

Les autorités ukrainiennes militent pour une "dérussification" du pays, avec une remise en cause des figures artistiques et intellectuelles héritées de l'empire russe et de l'époque soviétique. L'écrivain du XIXe siècle Alexandre Pouchkine illustre ces déchirures.

Quand un poète tombe de son piédestal, c'est rarement au sens littéral. Fin avril, pourtant, l'équipe municipale de Tchernihiv (Ukraine) a sorti les grands moyens pour faire payer sa "dette" au poète Alexandre Pouchkine, génie littéraire du XIXe siècle. Le 30 avril, un buste à son effigie a été retiré du parc où il trônait depuis cent-vingt-deux ans. L'auteur d'Eugène Onéguine est parti rejoindre l'arrière-cour du musée local d'histoire, en compagnie de personnages de l'époque soviétique. L'auteur est donc condamné à l'anonymat, lui qui avait connu l'Ukraine quelques années, au cours d'un exil (1820-1826) imposé par le tsar Alexandre Ier.

Des scènes similaires ont été observées dans les villes de Mykolayiv, Moukatchevo et Zabolotiv, à la faveur d'un mouvement de "dérussification", consécutif à l'invasion du pays. "Nous n'avons pas le choix : tout ce qui est russe doit être démantelé", a quant à lui déclaré le maire de Ternopil en guise d'adieu au poète. A Oujhorod, c'est également le conseil municipal* qui a scellé le sort d'Alexandre Pouchkine et descellé sa statue. Profitant d'une vague ressemblance avec Joe Dassin, un inconnu s'était déjà attaqué au génie en inscrivant sur ce buste le nom du chanteur franco-américain. Le message adressé au poète est clair : qu'il aille donc siffler là-haut sur la colline. Et loin, si possible.

Le buste d'Alexandre Pouchkine est retiré de son socle, dans le centre d'Oujhorod (Ukraine), le 7 avril 2022. (DR)

A ce jour, une dizaine de statues de l'écrivain ont déjà été retirées à travers le pays, selon la BBC (lien en russe), qui a recensé plus largement 80 destructions de monuments, la plupart à l'effigie d'officiers de l'époque soviétique ou tsariste. Le "Pouchkinopad" emprunte la voie du "Léninopad", ce mouvement qui avait couché plusieurs centaines de statues de Lénine après l'indépendance du pays (1991). Ces démolitions s'étaient poursuivies après la révolution ukrainienne, dans le cadre des lois de "décommunisation" adoptées sous la présidence de Petro Porochenko (2014-2019).

Une statue décapitée de Lénine dans la ville d'Izioum (Ukraine), le 15 mai 2015. (SERGII KHARCHENKO / NURPHOTO VIA AFP)

Cette révolte culturelle est également topographique. Dans la grande ville de Kharkiv, capitale culturelle de l'Ukraine, le conseil régional a décidé de renommer* le Théâtre dramatique de l'Académie russe Pouchkine afin de "de débarrasser l'espace public des récits de propagande". Quelque 200 noms de lieux seront bientôt remplacés par la mairie, tandis que le sort du boulevard Pouchkine n'est pas encore tout à fait tranché. Au total, l'Ukraine compte environ une centaine de rues au nom du poète. Et autant de débats locaux sur le bien-fondé de cette "cancel culture" à la sauce ukrainienne.

Sus aux vecteurs culturels de l'identité russe

Quelles sont donc les accusations qui pèsent sur Alexandre Pouchkine, acteur posthume du conflit ? Un programme a été mis en ligne sur le réseau social Telegram – "Mais qu'est-ce que Pouchkine vous a fait ?" – pour fournir automatiquement des arguments justifiant de rebaptiser les rues aux noms russes. Dans le cas du poète, l'objet du courroux est une glorification des "agressions commises par Pierre le Grand contre les nations voisines", dans un passage du poème Poltava (1828) composé à la gloire du tsar.

Capture d'écran du bot Telegram "Mais qu'est-ce que Pouchkine vous a fait ?". (TELEGRAM)

A rebours des romantiques occidentaux, il est également accusé d'avoir livré un portrait peu glorieux d'Ivan Mazeppa, héros des Cosaques, alliés à la Suède pour tenter d'obtenir l'indépendance de l'Ukraine en 1709. "Lorsque Pouchkine les a décrits (...) comme sanglants et cruels, ce n'était que la version du XIXe siècle du récit de propagande actuel sur les prétendus nazis ukrainiens", résume le philosophe Volodymyr Yermolenko dans Foreign Policy (lien en anglais).

Aux yeux des experts ukrainiens, Alexandre Pouchkine ne serait plus qu'un pâle succédané de ses contemporains occidentaux. Le regard tourné vers l'Ouest, les intellectuels vantent en conséquence les mérites artistiques du poète romantique britannique Lord Byron, jugé bien supérieur. Et tant pis si Pouchkine a subi l'exil, connu la censure et condamné le tsarisme à de nombreuses reprises. Au point, d'ailleurs, d'avoir revu sa position initiale sur Pierre le Grand dans Le Cavalier de bronze.

"La culture russe est un instrument terrible d'asservissement", affirme notamment le philosophe ukrainien Vakhtang Kebuladze, dans un entretien à la radio Hromadske*. Au point de considérer Vladimir Poutine comme "un produit de l'impérialisme russe et de cette tradition littéraire qui va de Pouchkine à nos jours". Les grands classiques russes doivent désormais expier leur appartenance à cet empire fantasmé, dont l'Ukraine cherche à s'arracher. "Les poèmes de Pouchkine peuvent être une arme", déclarait dans une interview* l'actrice Olesya Zkurakovskaya, pourtant bercée par ses écrits.

Les bibliothèques et l'édition en ligne de mire

En parallèle, le ministère de la Culture et de la Politique d'information prépare des règlements à l'attention des bibliothèques publiques et scolaires, afin d'opérer le retrait des œuvres concernées dans l'ordre suivant : livres prorusses, livres russes parus après 1991, puis classiques. Conçue comme un rejet global du "monde russe" et de ses figures, la "dérussification" doit accompagner la prise de conscience d'une identité nationale, comme l'exprime le ministre Oleksandr Tkachenko à la BBC (en russe).

"Nous parlons maintenant d'une guerre d'identité pour le peuple ukrainien. Et le principal facteur de cette identité est la culture."

Oleksandr Tkachenko, ministre de la Culture ukrainien

à la BBC

Quelque 100 millions d'ouvrages sont concernés au total, selon l'estimation d'Oleksandra Koval, directrice de l'Institut ukrainien du livre (UBI). Pouchkine et Dostoïevski "ont jeté les bases d'un 'monde russe' et d'une forme de messianisme", justifie-t-elle auprès de l'agence Interfax-Ukraine*. "Bercés par ces récits depuis l'enfance, les gens pensent que la mission du peuple russe (…) est de sauver le monde contre son gré." Selon elle, ces livres doivent donc rester cantonnés aux bibliothèques universitaires et de recherche, afin d'"étudier les racines du totalitarisme".

L'ensemble des auteurs classiques de langue russe est donc désormais sur la sellette, de Léon Tolstoï à Fiodor Dostoïevski, en passant par Mikhaïl Boulgakov, enfant de Kiev qui a pourtant souffert de la censure soviétique toute sa vie. Rares exceptions : Nicolas Gogol, que se disputent les deux pays, et Taras Chevtchenko, maître du romantisme ukrainien.

Sur le boulevard Pouchkine de Kharkiv, le 22 mai 2022, un tag propose un nouveau nom, "boulevard de Grande-Bretagne". (DIMITAR DILKOFF / AFP)

Cette "dérussification" ne s'arrête pas là. Le 19 juin, le Parlement ukrainien a adopté une loi* interdisant l'importation et la vente de livres imprimés en Russie. Il sera également interdit* de diffuser dans l'espace public ukrainien de la musique composée par des artistes ayant obtenu la citoyenneté russe après la chute de l'URSS, en 1991. Les musiciens concernés pourront toutefois demander une autorisation de diffusion aux autorités ukrainiennes, à condition d'avoir publiquement condamné la guerre. Ces textes attendent la signature du président Volodymyr Zelensky pour entrer en vigueur.

Un groupe d'experts a aussi proposé au ministère de l'Education de modifier les programmes scolaires de collège et de lycée en littérature ukrainienne et étrangère, en supprimant l'enseignement obligatoire des auteurs russes et biélorusses. "Comment expliquer aux enfants qu'il est nécessaire d'étudier la littérature de ce 'monde' qui nous est apporté par le feu et l'épée ?" justifie la députée Nataliya Pipa*. "Etudiez plutôt les œuvres de Charlotte Brontë, Jane Austen, Joseph Conrad et Victor Hugo", ont recommandé ces experts.

L'élue dénonce également le poids trop important des auteurs russes dans le programme de littérature étrangère : quatre écrivains sur sept pour la première moitié du XXe siècle.

Un appauvrissement de la culture ?

"Le ressentiment à l'égard du russe n'est pas né avec la guerre de 2022, ni même en 2014 avec le conflit dans le Donbass", souligne de son côté le linguiste Nicolas Tournadre, dans une tribune parue dans Le Monde (article réservé aux abonnés). "Du temps des tsars, l'ukrainien était déjà interdit et méprisé. Quoi qu'il en soit, il est clair que la présente guerre aura des conséquences durables sur l'usage du russe et du surzhyk [mélange d'ukrainien et de russe] dans ce pays." Le spécialiste évoque un "mouvement de rejet compréhensible" de la littérature russe, mais regrette également un "appauvrissement considérable pour les Ukrainiens".

Le monument dédié au poète Alexandre Pouchkine devant l'hôtel de ville d'Odessa (Ukraine), le 24 juin 2015. (DENIS PETROV / SPOUTNIK VIA AFP)

Ces mises en garde sont rares en Ukraine, mais elles existent. Malgré des pressions pour effacer la mémoire du célèbre poète, le maire d'Odessa refuse pour le moment de renommer la rue Pouchkine, située près de l'hôtel de ville. "Odessa est la capitale interculturelle de l'Ukraine et je suis préoccupé par la montée de la haine contre tout ce qui est russe", a justifié l'élu russophone au New York Times (lien en anglais). Le conseiller présidentiel Oleksiy Arestovytch a, lui, suscité la polémique quand il a déclaré* que l'Ukraine devait conserver sa diversité, afin de ne pas devenir "un grand pays avec une petite culture".

* Les liens suivis d'un astérisque sont en ukrainien.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.