Guerre en Ukraine : les faits marquants du samedi 5 mars

L'armée russe continue son offensive sur plusieurs fronts ukrainiens, près de la capitale Kiev et du port stratégique de Marioupol.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Un militaire ukrainien dans la région de Lugansk, le 5 mars 2022. (ANATOLII STEPANOV / AFP)

L'armée russe poursuit son offensive en Ukraine. Les combats ont continué sur plusieurs fronts, samedi 5 mars, notamment près du port stratégique de Marioupol, dans le sud-est de l'Ukraine et à proximité de la capitale, Kiev. En parallèle, le président russe, Vladimir Poutine, a continué de menacer les Occidentaux face à la possible mise en place d'une zone d'exclusion aérienne, réclamée par Kiev mais refusée par l'OTAN. 

L'offensive russe a repris à Marioupol

L'armée russe a annoncé, samedi 5 mars, avoir repris "l'offensive" après le report de l'évacuation de civils de deux villes assiégées dans le sud-est de l'Ukraine, dont le port stratégique de Marioupol. L'évacuation a été reportée en raison de multiples violations russes du cessez-le-feu, selon la mairie de Marioupol, tandis que Moscou accusait les "nationalistes" ukrainiens d'empêcher les civils de partir et de profiter de la trêve pour consolider leurs défenses.

La prise de cette ville de 450 000 habitants, située sur la mer d'Azov, serait un tournant dans l'invasion russe de l'Ukraine. Elle permettrait la jonction entre les forces russes en provenance de la Crimée annexée, qui ont déjà pris les ports clés de Berdiansk et de Kherson, et les troupes séparatistes et russes dans le Donbass

L'armée russe se rapproche de Kiev

Les forces russes se rapprochent de Kiev, rencontrant une tenace résistance et bombardant parfois des immeubles d'habitation, notamment à Tcherniguiv, à 150 km au nord de la capitale, où des dizaines de civils ont été tués ces derniers jours. L'armée russe continue également de pilonner les alentours de Kiev au nord-ouest et à l'est notamment.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a annoncé samedi que les forces ukrainiennes avaient lancé une contre-attaque autour de Kharkiv, la deuxième ville d'Ukraine, théâtre de bombardements parmi les plus intenses depuis le début de la guerre.

Vladimir Poutine met en garde contre une zone d'exclusion aérienne

Le président russe Vladimir Poutine a souligné, samedi, que la Russie considérerait comme cobelligérant tout pays tentant d'imposer une zone d'exclusion aérienne au-dessus de l'Ukraine, une revendication de Kiev que l'Otan a rejetée.

Le chef d'état-major américain, le général Mark Milley, a écarté l'idée d'une zone d'exclusion aérienne en Ukraine, car cela signifierait "combattre activement" les forces russes. La maître du Kremlin a par ailleurs déclaré qu'il ne prévoyait pas d'introduire la loi martiale en Russie, en réponse à d'insistantes rumeurs en ce sens.

Une troisième session de négociations annoncée

Un troisième round de pourparlers entre l'Ukraine et la Russie se déroulera lundi, a annoncé ce samedi un membre de la délégation ukrainienne, David Arakhamia. Pékin a appelé de son côté à des négociations directes entre la Russie et l'Ukraine lors d'un entretien téléphonique entre le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi et son homologue américain Antony Blinken.

En attendant ces nouveaux pourparlers, les discussions internationales continuent. Le Premier ministre israélien Naftali Bennett a rencontré samedi à Moscou Vladimir Poutine pour discuter de la guerre en Ukraine. De son côté, le secrétaire d'État américain Antony Blinken a rencontré samedi le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kouleba, à la frontière entre la Pologne et l'Ukraine, en signe de solidarité au dixième jour de l'invasion par la Russie de son voisin pro-occidental.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.