Guerre en Ukraine : la Russie vend désormais une grande partie de sa production de pétrole à la Chine et l'Inde

Le régime de Vladimir Poutine est visé par des sanctions occidentales depuis l'invasion de l'Ukraine en février 2022.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Un technicien intervient sur un pipeline de la compagnie russe Transneft, en Russie, le 13 décembre 2023. (NATALIA KOLESNIKOVA / AFP)

La Russie se dit à l'épreuve des sanctions. Le pays a presque totalement redirigé ses exportations de pétrole vers la Chine et l'Inde, engrangeant des recettes à un niveau comparable à celui de 2021, a annoncé mercredi 27 décembre son vice-Premier ministre de l'Energie, Alexandre Novak. Selon lui, la Russie vend désormais 45 à 50% de son pétrole à la Chine et 40% à l'Inde. Une aubaine pour le pays, visé par une multitude de sanctions occidentales en raison de son offensive en Ukraine. 

"Si, auparavant, nous fournissions à l'Europe 40 à 45% du volume total des exportations de pétrole et de produits pétroliers, nous nous attendons à ce que ce chiffre ne dépasse pas 4 à 5% d'ici la fin de l'année", a expliqué Alexandre Novak dans une interview à la chaîne de télévision russe Rossia 24. "Le complexe énergétique et pétrolier russe s'est développé avec succès en 2023", a-t-il assuré.

Concernant le gaz naturel, le régime a annoncé que le gigantesque projet Arctic LNG 2 (dont le groupe TotalEnergies reste partie prenante) avait démarré malgré les sanctions américaines qui mettaient en péril son lancement. La Russie, qui produit actuellement 8% du gaz naturel liquéfié mondial, prévoit d'atteindre une part de 15 voire 20% d'ici 2035, soit un niveau de production d'environ 100 millions de tonnes par an, a déclaré le ministre russe de l'Energie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.