Guerre en Ukraine : la Russie a gagné 158 milliards d'euros grâce à ses exportations d'hydrocarbures depuis l'invasion

Au premier trimestre 2022, l'Union européenne a importé pour près de 85 milliards d'euros de combustibles fossiles russes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un pétrolier russe attend pour décharger sa cargaison dans le golfe du Mexique (Etats-Unis), le 03 juillet 2002. (POOL / BLOOMBERG NEWS / AFP)

Un embargo qui ne semble pas avoir asphyxié Moscou. La Russie a tiré 158 milliards d'euros de revenus des exportations de combustibles fossiles au cours des six premiers mois de la guerre en Ukraine. C'est le principal constat dressé par les experts du Centre de recherche sur l'énergie et l'air pur (CREA) dans un rapport (en anglais) publié mardi 6 septembre.

Au premier trimestre, l'Union européenne a importé pour près de 85 milliards d'euros de combustibles fossiles russes, faisant des Vingt-Sept les plus gros clients de la Russie, suivie de la Chine (34,9 milliards d'euros), de la Turquie (10,7 milliards d'euros), de l'Inde (6,6 milliards d'euros), du Japon (2,5 milliards d'euros), de l'Egypte (2,3 milliards d'euros, et la Corée du Sud (2 milliards d'euros).

Parmi les pays de l'Union européenne, l'Allemagne occupe la première place, devant les Pays-Bas, l'Italie, la Pologne, la France (5,5 milliards d'euros), la Bulgarie, la Belgique et l'Espagne.

Une manne pour le budget de l'Etat

D'après ce même rapport, les exportations de combustibles fossiles ont donc contribué par près de 43 milliards d'euros au budget fédéral russe depuis le début de l'invasion de l'Ukraine, aidant ainsi "à financer les crimes de guerre", affirment les experts.

Les recettes d'exportation de Moscou "ont légèrement augmenté" cet été en raison d'un rebond du pétrole brut et "seule une petite fraction de l'impact à venir de l'embargo de l'Union européenne sur le pétrole russe a été réalisée".

Enfin, après l'entrée en vigueur de l'interdiction du charbon de l'UE à la mi-août, la Russie n'a pas réussi à trouver d'autres acheteurs pour remplacer la baisse de la demande des Vingt-Sept, ajoutent les experts dans leur rapport. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.