Guerre en Ukraine : l'Iran reconnaît pour la première fois avoir livré des drones à la Russie avant le début du conflit

Téhéran a en revanche démenti avoir fourni des missiles à Moscou.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une image de drone abattu par les forces ukrainiennes, diffusée le 13 septembre 2022 et présenté comme un Shahed-136 de fabrication iranienne (FORCES ARMEES UKRAINIENNES)

Il l'avait toujours nié jusque-là. Pour la première fois, l'Iran révèle avoir livré des drones à la Russie avant le début de l'invasion en février 2022. "Nous avons fourni à la Russie un nombre limité de drones, des mois avant la guerre en Ukraine", a annoncé, samedi 5 novembre, le ministre iranien des Affaires étrangères, cité par l'agence officielle Irna. Hossein Amir-Abdollahian s'est dit prêt à examiner toute preuve d'un recours aux drones iraniens dans le conflit ukrainien. 

Il a cependant à nouveau démenti que son pays a fourni des missiles à la Russie, jugeant ces accusations "complètement fausses". Kiev affirme qu'environ 400 drones iraniens ont déjà été utilisés contre la population ukrainienne et que Moscou en a commandé environ 2 000. En réponse, l'UE et le Royaume-Uni ont annoncé de nouvelles sanctions contre l'Iran, visant trois généraux et une entreprise d'armements "responsables de fournir à la Russie des drones kamikazes" pour bombarder l'Ukraine. 

"Téhéran doit se rendre compte que les conséquences de sa complicité dans les crimes de la Russie contre l'Ukraine seront bien plus importantes que le bénéfice du soutien de la Russie", a réagi Oleg Nikolenko, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères ukrainien. En septembre, Kiev avait déjà décidé de réduire considérablement ses relations diplomatiques avec Téhéran en raison de livraisons d'armes présumées à Moscou.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.