Cet article date de plus d'un an.

Guerre en Ukraine : Kiev n'a pas reçu d'avions de combat entiers mais uniquement des pièces détachées, précise le Pentagone

Les Etats-Unis avaient annoncé mardi que l'Ukraine avait reçu des avions de chasse et des pièces détachées pour renforcer son armée de l'air.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des avions de chasse Mikoyan MiG-29 participent à une répétition pour le défilé du Jour de la Victoire, qui marque le 77e anniversaire de la victoire sur l'Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale, sur le terrain d'entraînement d'Alabino (Russie), le 18 avril 2022. (PAVEL BEDNYAKOV / SPUTNIK / AFP)

Une précision de taille. L'Ukraine a bien reçu des pièces détachées des Etats-Unis pour ses avions de chasse afin de renforcer son armée de l'air, mais pas des appareils entiers, a déclaré, mercredi 20 avril, le porte-parole du Pentagone, John Kirby. Il avait assuré mardi que Kiev avait reçu des appareils pour renforcer son armée de l'air. "Je me suis trompé. Ils n'ont pas reçu d'avions entiers d'un autre pays", a-t-il déclaré. "Cela dit, les Ukrainiens ont reçu (...) suffisamment de pièces détachées et d'équipements supplémentaires pour rendre opérationnels davantage d'avions" qu'il y a trois semaines. "Je regrette cette erreur", a-t-il confié.

Kiev réclame depuis le début du conflit des Mig-29 de fabrication russe, dont disposent une poignée de pays d'Europe de l'Est. La Pologne avait proposé de transférer de tels avions via une base américaine début mars. Les Etats-Unis s'y étaient opposés, redoutant que la Russie puisse y voir une trop grande implication directe de l'Otan dans le conflit.

Après l'envoi de pièces d'artillerie Howitzer, annoncé la semaine dernière par le président américain, Joe Biden, cette annonce d'un envoi d'avions de chasse à l'Ukraine, au moment où la Russie vient de lancer une nouvelle offensive dans le Donbass, semble marquer un tournant dans l'attitude des Occidentaux.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.