Guerre en Ukraine : Kiev annonce de vraies avancées dans les négociations avec Moscou

Le négociateur en chef ukrainien affirme que son homologue russe a accepté "oralement" les principales propositions de son pays. Une rencontre entre les présidents Zelensky et Poutine en Turquie est même évoquée.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le négociateur en chef ukrainien David Arakhamia, le 6 mars 2019, à Kiev. (DANIL SHAMKIN / NURPHOTO / AFP)

Le négociateur en chef ukrainien dans les pourparlers de paix avec la Russie a affirmé, samedi 2 avril, que Moscou avait accepté "oralement" les principales propositions ukrainiennes. S'exprimant dans une émission télévisée, David Arakhamia a laissé entendre que les discussions visant à mettre fin aux hostilités avaient considérablement avancé. "La Fédération de Russie a donné une réponse officielle à toutes les positions [ukrainiennes], à savoir qu'elle les accepte, sauf en ce qui concerne la question de la Crimée", annexée par Moscou en 2014, a assuré l'intéressé.

>> Guerre en Ukraine : suivez toute l'actualité dans notre direct

Le négociateur a également déclaré que si une rencontre entre les présidents ukrainien Volodymyr Zelensky et russe Vladimir Poutine devait finalement avoir lieu, celle-ci se déroulerait "très probablement" en Turquie. Le chef de l'Etat turc Recep Tayyip Erdogan, qui a accueilli les négociations cette semaine dans son pays, "nous a appelés ainsi que Vladimir Poutine" vendredi, disant qu'il accueillerait une telle réunion. "Nous ne connaissons ni la date ni le lieu, mais nous pensons que le lieu sera très probablement Ankara ou Istanbul", a noté David Arakhamia.

Un peu plus tard, dimanche midi, le négociateur en chef russe dans les pourparlers de paix avec l'Ukraine, Vladimir Medinski, a à son tour fait l'éloge d'une position "plus réaliste" de Kiev prêt, sous conditions, à accepter un statut neutre du pays, réclamé par Moscou. "La partie ukrainienne a adopté une approche plus réaliste des questions liées au statut neutre et dénucléarisé de l'Ukraine", a écrit Vladimir Medinski sur la messagerie Telegram, tout en précisant qu'un projet d'accord approprié n'était pas encore prêt à être soumis aux présidents des deux pays.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.