Cet article date de plus de deux ans.

Guerre en Ukraine : en France, les cours d'Histoire abordent la thématique

Publié
Guerre en Ukraine : en France, les cours d'Histoire abordent la thématique
Guerre en Ukraine : en France, les cours d'Histoire abordent la thématique Guerre en Ukraine : en France, les cours d'Histoire abordent la thématique
Article rédigé par France 3 - S. Derrien, C. Duponchel, B. Odolant
France Télévisions
France 3

Alors que le conflit n'est rentré dans le dur que depuis quelques jours, dans les classes de collège il est sur toutes les lèvres. En cours d'Histoire, c'est devenu un passage obligé et les élèves se montrent très intéressés. 

Un cours d’Histoire en apparence ordinaire. Mais dans cette classe de 6ème à Bayeux (Calvados), la guerre en Ukraine s’est invitée brusquement. Les questions fusent, et elles ne sont pas bien différentes de celles que se posent les adultes. "Si les Russes lancent leur bombe nucléaire, est-ce que nous on oserait lancer la nôtre", interroge une élève. "On n'est pas toujours prêts, on n'a pas toujours des réponses toutes faites parce que les choses nous échappent aussi. Certaines questions nous prennent un peu au dépourvu donc on engage l’élève à chercher une réponse et on en reparle ensuite", explique Delphine Bouchard, enseignante d’Histoire-Géographie.

Des questions pertinentes

Après plus d’une demi-heure d’échange, les enfants réalisent de manière plus précise la proximité et brutalité de cette guerre, qui jusqu’alors n’existait que dans leurs livres d’Histoire. "Je me demande s’il y aura beaucoup de dégâts et ce qu’il va se passer si on rentre en conflit", s’interroge Corentin, 11 ans. "Je me demande juste quand Poutine va arrêter. S’il constate les dégâts qu’il fait partout, parce que ce n’est pas juste pour nous, ni pour les Ukrainiens qui n’ont rien fait et qui veulent juste vivre en paix comme nous", explique Philomène. Des questions légitimes, qui face à une situation inédite, peinent à trouver des réponses. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.