Guerre en Ukraine : l'Unesco condamne des "frappes brutales russes" contre le patrimoine d'Odessa

Le centre historique, inscrit en début d'année par l'Unesco au patrimoine mondial de l'Humanité, a été la cible d'une nouvelle attaque qui a fait deux morts et 22 blessés, dont au moins quatre enfants, selon les autorités ukrainiennes.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
La cathédrale de la Transfiguration d'Odessa partiellement détruite à la suite d'une frappe de missile, le 23 juillet 2023. (OLEKSANDR GIMANOV / AFP)

Une nouvelle attaque des forces russes contre le port ukrainien d'Odessa a fait au moins deux morts et 22 blessés, dont quatre enfants, selon le ministère ukrainien de l'Intérieur. Quatre enfants se trouvent parmi les victimes, selon les secours. Kiev ajoute que les tirs de missiles russes, survenus au cours de la nuit du samedi 22 au dimanche 23 juillet, ont par ailleurs provoqué la "destruction" la cathédrale de la Transfiguration, cathédrale orthodoxe classée par l'Unesco. Murs effondrés, icônes brûlées, lustres bringuebalants : cet édifice vieux de plus de 200 ans est ravagé. "Tous les décors sont pratiquement détruits. Seul le clocher est intact", déplore le Père Myroslav, le recteur adjoint de la cathédrale.

>> Suivez notre direct sur la guerre en Ukraine

En réaction, l'Unesco a condamné, "avec la plus grande fermeté", les "frappes brutales menées par les forces russes" qui ont touché le centre d'Odessa, site du patrimoine mondial de l'humanité. "Ces terribles destructions marquent une nouvelle escalade de la violence à l'encontre du patrimoine culturel de l'Ukraine", a dénoncé la directrice générale de l'agence onusienne pour la culture, l'éducation et la science, Audrey Azoulay. "J'exhorte la Fédération de Russie à prendre des mesures tangibles pour se conformer aux obligations qui lui incombent au regard du droit international" relatives à la préservation du patrimoine, a-t-elle poursuivi.

Vingt-cinq monuments ont été endommagés dans les frappes de dimanche, selon le gouverneur régional Oleg Kiper, qui a accusé l'armée russe d'avoir "délibérément dirigé ses missiles vers le centre historique d'Odessa". Tandis que le maire de la ville, Gennady Troukhanov, a déclaré : "Si vous saviez à quel point Odessa vous déteste. Elle vous hait, elle vous méprise aussi. Vous vous battez contre de jeunes enfants, contre des églises orthodoxes (...). Vous ne connaissez pas bien les Odessites. Vous ne nous briserez pas, vous alimenterez simplement notre colère." Chose inhabituelle, il a conclu sa vidéo en langue russe, afin d'exprimer le fond de sa pensée.

L'Ukraine promet des "représailles"

Le ministre des Affaires étrangères ukrainien a évoqué, de son côté, sur Twitter, "un crime de guerre qui ne sera jamais oublié et pardonné". Le commandement opérationnel Sud de l'armée ukrainienne a annoncé que les défenses aériennes avaient abattu une part "importante" des missiles russes. Les projectiles non interceptés ont "fait des dégâts à l'infrastructure portuaire, à au moins six résidences, dont des immeubles d'appartements", a détaillé l'armée.

L'Ukraine a promis des "représailles" après le tir de ces "19 missiles" sur la ville portuaire de la mer Noire, régulièrement visée par des frappes russes. "Missiles contre des villes paisibles, contre des immeubles d'habitation, une cathédrale", a réagi sur Twitter Volodymyr Zelensky. "Il n'y a aucune excuse pour le mal russe." De son côté, Moscou a affirmé avoir détruit toutes les cibles visées à Odessa. La Russie assure que les lieux frappés étaient utilisés pour préparer des "actes terroristes" contre elle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.