Guerre en Ukraine : comment l'armée russe gagne à l'usure la ville de Sievierodonetsk dans le Donbass

La ville de l'oblast de Louhansk est sur le point d'être perdue par les forces ukrainiennes, dépassées en nombre et en armements par leurs ennemis.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Une vue d'un immeuble détruit dans la ville de Sievierodonetsk (Ukraine), le 29 mai 2022. (ALEXANDER REKA/TASS/SIPA USA/SIPA / SIPA USA)

"C'est une ville fantôme." La localité de Sievierodonetsk est au cœur d'affrontements de très haute intensité entre les forces russes et ukrainiennes. Henry Camenen, co-fondateur de l'ONG Road to Relief, évoque une situation "post-apocalyptique", décrivant des rues détruites et désertes pilonnées par des bombardements répétés. Le président Volodymyr Zelensky a concédé la perte de 80% de cette ville du Donbass, devenue capitale administrative de l'oblast de Louhansk depuis la prise de la ville éponyme par les séparatistes en 2014.

>> Guerre en Ukraine : suivez la situation sur le front dans notre direct

Des ambulances, des chars, des voitures éventrées... La route qui mène à la ville offre un spectacle de désolation, témoigne une équipe de France 2 qui s'est rendue sur place. "Il est maintenant impossible d'annoncer un éventuel convoi humanitaire ou une évacuation de civils sur cette route", déclare le gouverneur militaire Sergueï Gaïdaï. Le 24 mai, Henry Camenen parvenait encore à effectuer quelques trajets au centre humanitaire et à l'hôpital de la ville, sous escorte de la police ukrainienne – "Quand nous arrivons, parfois, les gens sont déjà partis ou sont morts". Ces déplacements sont désormais impossibles.

"Il nous est déjà arrivé d'aller de bombardements en bombardements pour essayer de récupérer des gens dans des immeubles qui venaient d'être touchés."

Henry Camenen, fondateur de l'ONG Road to Relief

à franceinfo

Une ville détruite à plus de 90%

Entre 6 000 et 12 000 habitants seraient restés à Sievierodonetsk, contre plus de 100 000 avant la guerre. Les derniers civils présents sur place accueillent favorablement l'armée russe, selon les témoignages recueillis par France 2. "Ils ne sont pas favorables à des évacuations par des organisations étrangères. Ils sont plutôt favorables à la Russie et nous disent d'ailleurs qu'ils attendent la libération des Russes", confirme Henry Camenen. Difficile, donc, de les convaincre d'évacuer. Le danger est pourtant imminent. 

Alors que la ville est détruite à plus de 90%, un réservoir d'acide nitrique d'une usine chimique a été "touché" mardi par une frappe russe, selon les autorités locales. Les séparatistes prorusses ont de leur côté indiqué qu'un conteneur avec de l'acide nitrique avait "explosé" dans l'usine Azot à Sievierodonetsk. En témoigne cet impressionnant panache de fumée orange.

Un réservoir d'acide nitrique a explosé le 31 mai 2022 à Sieverodonetsk, ville où de violents affrontements opposent les forces ukrainiennes et russes. (SPOUTNIK / SIPA)

C'est ici que "l'ennemi a concentré l'essentiel de ses efforts et ses troupes les plus préparées au combat", expliquait un haut responsable militaire ukrainien. Le gouverneur militaire ukrainien, Sergueï Gaïdaï, évoque la présence de 25 groupes tactiques de bataillons russes, ce qui représente plus de 10 000 soldats. Les forces russes ont mis la priorité sur Sievierodonetsk, quitte à mettre en pause d'autres axes militaires potentiels dans l'est du pays.

Submergée, l'armée ukrainienne recourt massivement à l'artillerie plutôt qu'à l'infanterie, explique Petro Kuzyk, commandant du bataillon Svoboda, cité par les médias ukrainiens. Leurs ennemis pilonnent également la zone, même si des combats urbains font également rage à mesure que l'armée russe investit la ville. "A partir du moment où les postes de combat de l'ennemi seront neutralisés, ça permettra l'offensive de nos combattants au sol", explique un combattant séparatiste à France 2.

Des soldats de la milice séparatiste de Louhansk font usage de mortier, le 29 mai 2022 à Sieverdonetsk (Ukraine). (MAXIM ZAKHAROV / SPOUTNIK / SIPA)

Vers un encerclement comme à Marioupol ?

Sur Telegram, Sergueï Gaïdaï a expliqué jeudi que les forces russes continuaient de mener des assauts et que treize attaques avaient été repoussées au cours des dernières vingt-quatre heures. Le camp séparatiste affirme que les soldats ukrainiens sont désormais retranchés sur le territoire de l'usine d'Azot, et qu'ils ont peu de chances de se défendre pendant longtemps. Difficile, toutefois, d'avoir une idée précise des positions respectives, en raison de l'intensité des combats.

Afin de contourner la résistance ukrainienne, l'armée russe a lancé une opération d'envergure, à une quarantaine de kilomètres au sud, avec des chars, des batteries de missiles Grad et des hélicoptères de combat. Cette offensive a pour objectif de couper les lignes d'approvisionnement ukrainiennes et d'asphyxier la région de Lyssystchansk et Sievierodonetsk. De quoi faire planer le spectre d'un encerclement, comme à Marioupol.

Une autre offensive russe menée depuis le sud, aux environs de Toshkiva, aurait pour objectif d'ouvrir la route de Lyssytchansk sans avoir à combattre sur la rivière Siversky Donets qui la sépare de Sievierdonetsk, souligne l'Institute for the Study of War (en anglais). L'un des ponts entre les deux villes a été détruit et le groupe de chercheurs rappelle que l'armée russe avait déjà subi une déconvenue en tentant de traverser ce cours d'eau par le passé. Selon le groupe de recherche américain, les dirigeants militaires russes "utiliseront probablement la capture de ces deux villes pour affirmer qu'ils ont 'libéré' tout l'oblast de Louhansk". Avant de concentrer leurs forces sur la région de Donetsk.

Le pont reliant Lyssytchansk et Sievierodonetsk, ici le 22 mai 2022, a été détruit lors des bombardements. (ARIS MESSINIS / AFP)

Volodymyr Zelensky face à un dilemme

Sur le terrain, l'armée ukrainienne est en grande difficulté. La semaine dernière, le président Volodymyr Zelensky a évoqué la perte de 50 à 100 soldats par jour dans la région. Les missiles antichars, eux, viennent à manquer. "Les Russes ont de l’artillerie, des véhicules blindés et leurs forces sont cinq à six fois plus nombreuses", résume un sergent rencontré par RFI à Lyssytchansk. "Nos supérieurs ne savent pas où nous sommes ni ce que nous faisons." Kiev est désormais confronté à un dilemme : déclarer un ordre d'évacuation pour ses troupes, afin d'éviter un encerclement tragique, ou opposer coûte que coûte une résistance à l'avancée russe.

Encore faudrait-il en avoir les moyens. "L'ennemi a un avantage opérationnel en termes d'artillerie", a concédé le commandant en chef des forces armées ukrainiennes, Valeri Zaloujny, lors d'une conversation téléphonique avec le chef d'état-major français des armées, le général Thierry Burkhard. Dans ce contexte, les autorités ukrainiennes réclament une accélération des livraisons d'armes lourdes promises par les pays occidentaux, et notamment de systèmes de lance-missiles multiples américains. A moins qu'il ne soit déjà trop tard pour inverser la tendance dans la région de Louhansk.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.