Guerre en Ukraine : ce que l'on sait du bombardement d'un restaurant à Kramatorsk, qui a fait au moins dix morts

Selon le bureau du procureur général ukrainien, la frappe a aussi touché "des immeubles d'habitation, des locaux commerciaux, des voitures, un bureau de poste et d'autres bâtiments, dont des fenêtres, vitres et portes ont été soufflées".
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Des secouristes et bénévoles tentent de secourir des personnes après une frappe russe qui a détruit un restaurant à Kramatorsk (Ukraine), le 27 juin 2023. (GENYA SAVILOV / AFP)

Une nouvelle attaque contre la ville de Kramatorsk, seule grande agglomération de l'est de l'Ukraine encore contrôlée par Kiev. Une frappe russe a atteint un restaurant, dans la soirée du mardi 27 juin, faisant au moins dix morts et une soixantaine de blessés, selon un bilan de la police ukrainienne, mercredi midi.

>> Guerre en Ukraine : suivez les dernières informations dans notre direct 

Le bureau du procureur général d'Ukraine, Andriy Kostine, a également annoncé l'ouverture d'une enquête pour violation des lois et coutumes de la guerre. 

Un restaurant très fréquenté visé

D'après la police ukrainienne, la Russie a tiré deux roquettes sur la ville. Le bombardement a détruit le restaurant Ria Pizza, un établissement du centre de Kramatorsk populaire et régulièrement fréquenté par les journalistes et les militaires. 

La frappe a aussi touché "des immeubles d'habitation, des locaux commerciaux, des voitures, un bureau de poste et d'autres bâtiments, dont des fenêtres, vitres et portes ont été soufflées", a précisé le bureau du procureur général d'Ukraine.

Une journaliste de l'AFP, présente sur les lieux de la frappe, a vu des ambulances, la police, des soldats et le maire de la ville près du restaurant détruit, devant lequel s'est rassemblée une foule d'habitants. Selon un chef cuisinier, "il y avait pas mal de monde" dans le restaurant au moment de la frappe. 

Au moins dix morts

Selon le bureau du procureur général ukrainien, la frappe "a été effectuée dans la soirée, alors que les gens venaient de rentrer chez eux après le travail". La frappe a fait dix morts, selon un nouveau bilan communiqué mercredi par la police ukrainienne, et 61 blessés.

Trois mineurs figurent parmi les morts et un enfant né en 2022 parmi les blessés, selon le service des situations d'urgence, qui a précisé que les opérations de sauvetage se poursuivent et que sept personnes ont été sorties des décombres en vie.

Des Colombiens parmi les blessés

L'écrivaine ukrainienne Victoria Amelina, qui se trouvait dans le restaurant, a été "blessée au crâne" et se trouve "dans un état critique", selon un communiqué de l'écrivain colombien Hector Abad et de l'homme politique colombien Sergio Jaramillo, qui dînaient avec elle. Ils séjournaient dans l'est de l'Ukraine afin d'"exprimer la solidarité de l'Amérique latine contre la barbarie et l'invasion illégale menée par la Russie". Ces derniers ont été légèrement blessés.

La journaliste Catalina Gomez, correspondante en Ukraine du quotidien El Tiempo et de France 24, était elle aussi présente. "Le restaurant était absolument plein. (...) Nous voyons des scènes de terreur, des blessés sortir dont certains dans un état très grave. (...) L'endroit est totalement détruit", a-t-elle témoigné. 

Une frappe attribuée à la Russie

Selon la police ukrainienne, la Russie a tiré deux missiles sol-air S-300 sur Kramatorsk. De son côté, la Russie a affirmé mercredi midi ne frapper que des cibles militaires en Ukraine. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a assuré que "la Russie ne frappe pas des infrastructures civiles, elle frappe des installations qui sont liées d'une manière ou d'une autre à des infrastructures militaires". 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.