Guerre en Ukraine : ce qu'il faut retenir de la journée du mercredi 10 août

Des bombardements près de la centrale nucléaire de Zaporijjia inquiètent la communauté internationale.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un bombardement à Kushuhum (Ukraine), le 10 août 2022. (DMYTRO SMOLYENKO / NURPHOTO / AFP)

Des frappes russes sur la ville de Bakhmout, située près du font dans l'est de l'Ukraine, ont fait au moins six morts et trois blessés mercredi 10 août, a annoncé le gouverneur régional, Pavlo Kyrylenko. "Les Russes ont bombardé la ville au lance-roquettes multiple, touchant un quartier résidentiel. Selon les premières informations, 12 immeubles d'habitation ont été endommagés et quatre sont en feu", a-t-il écrit sur Telegram. Voici ce qu'il faut retenir de cette journée.

Au moins treize civils tués près de la centrale de Zaporijjia

Des bombardements russes ont tué au moins 13 civils, dans la nuit de mardi à mercredi, dans le centre-est de l'Ukraine, selon les autorités locales. Ces tirs ont eu lieu non loin de la centrale nucléaire de Zaporijjia, que Moscou et Kiev s'accusent mutuellement d'avoir bombardée. 

Parmi ces victimes, celles d'une attaque nocturne dans la région de Dnipropetrovsk, qui a fait 13 morts et 11 blessés, dont cinq dans un état grave. Pourtant, cette région est relativement sûre, puisque c'est là où sont évacués des civils du Donbass, plus à l'est. Cette attaque russe menée avec des lance-roquettes a visé la ville de Marganets, située face à la centrale nucléaire de Zaporijjia, sur l'autre rive du fleuve Dniepr, et le village de Vychtchetarassivka, a affirmé le gouverneur.

Le Conseil de sécurité de l'ONU se réunira sur la centrale de Zaporijjia

Une situation tendue, proche d'un site nucléaire, qui inquiète la communauté internationale. Le Conseil de sécurité de l'ONU tiendra jeudi une réunion d'urgence pour débattre de la situation à la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia. L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a précisé dans un communiqué que son directeur général, Rafael Grossi, informerait le Conseil de sécurité "de la situation en matière de sûreté et de sécurité nucléaires" à la centrale, ainsi que de ses "efforts pour convenir d'une mission d'experts de l'AIEA sur le site dès que possible". Il a également qualifié la situation du complexe d'"extrêmement grave".

Kiev assure avoir détruit un pont dans la région occupée de Kherson 

L'armée ukrainienne a affirmé, mercredi, avoir frappé un pont dans la région de Kherson, occupée par les forces russes dans le sud du pays, le rendant impraticable. Selon le commandement Sud des forces armées ukrainiennes, cette frappe a visé un pont situé près de la centrale hydroélectrique de Kakhovka et l'a rendu "inutilisable". "La frappe était précise et effective", a-t-il assuré sur Facebook. Des tirs avaient déjà visé un autre axe logistique majeur dans cette zone.

La journaliste russe Marina Ovsiannikova a été arrêtée et placée en détention provisoire

La journaliste russe Marina Ovsiannikova, connue pour avoir interrompu le journal d'une chaîne d'Etat russe, a été officiellement mise en examen pour "diffusion de fausses informations" sur l'armée, a annoncé son avocat, Dmitri Zakhvatov. Elle est désormais placée sous le statut d'accusée et passera sa nuit première nuit de détention provisoire. Elle encourt "jusqu'à dix ans de prison", en vertu de l'article 207.3 du Code pénal, introduit après le début de la guerre en Ukraine.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.