Guerre en Ukraine : ce qu'il faut retenir de la journée du lundi 25 avril

La journée a été marquée par le sort des derniers civils terrés avec des combattants ukrainiens dans le complexe métallurgique assiégé d'Azovstal à Marioupol.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un militaire inspecte un cratère après une frappe de missile russe à Bohodarove, dans l'est de l'Ukraine, le 25 avril 2022. (YASUYOSHI CHIBA / AFP)

La situation des dernières poches de résistance à l'invasion russe à Marioupol a une nouvelle fois été au cœur de l'actualité, lundi 25 avril. La Russie avait annoncé son intention de cesser les hostilités, mais Kiev a rétorqué qu'aucun accord en ce sens n'avait été trouvé.

>> Suivez en direct les dernières informations sur la situation en Ukraine

De nouvelles frappes russes ont par ailleurs visé la région de Vinnytsia. Franceinfo fait le point sur ce qu'il faut retenir de cette journée de guerre en Ukraine.

Des installations ferroviaires visées par des frappes russes

Au moins cinq personnes ont été tuées et 18 autres blessées dans des frappes russes sur des installations ferroviaires dans la région de Vinnytsia (centre-ouest), a annoncé le Parquet local.

L'explosion d'un missile a par ailleurs déclenché lundi matin un incendie dans la gare de Krasne, près de Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine, selon le gouverneur régional, qui a indiqué ne pas avoir d'informations sur d'éventuelles victimes dans l'immédiat.

"Pas d'accord" pour une évacuation à Marioupol

Aucun accord n'a été conclu lundi pour créer un couloir humanitaire permettant l'évacuation des civils terrés avec des combattants ukrainiens dans le complexe métallurgique assiégé d'Azovstal à Marioupol (sud-est), a affirmé Kiev. "Le couloir annoncé n'offre aucune sécurité, donc il n'y a pas d'évacuation", a déclaré la vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk. La Russie avait annoncé un peu plus tôt son intention de cesser les hostilités à 14 heures (13 heures à Paris), pour permettre l'évacuation de ces civils.

L'immense usine Azovstal est le dernier réduit contrôlé par les forces de Kiev à Marioupol, grande ville portuaire ravagée par les bombardements après plusieurs semaines de siège. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a affirmé qu'environ un millier de civils et des centaines de blessés y étaient toujours retranchés, dans des conditions catastrophiques.

L'Ukraine "peut gagner" la guerre, juge Washington

Le chef du Pentagone Lloyd Austin a de son côté assuré que l'Ukraine pouvait gagner la guerre, au lendemain de la première visite à Kiev de dirigeants américains depuis l'invasion russe. "Ils peuvent gagner s'ils ont les bons équipements, le bon soutien", a-t-il déclaré après avoir rencontré le président ukrainien Volodymyr Zelensky, en compagnie du secrétaire d'Etat Antony Blinken.

Les deux ministres ont annoncé le retour progressif d'une présence diplomatique américaine en Ukraine avec la nomination d'une ambassadrice et une nouvelle aide militaire, directe et indirecte de 700 millions de dollars.

Moscou expulse 40 diplomates allemands

La Russie a annoncé l'expulsion de 40 diplomates allemands, en représailles à une mesure similaire prise récemment par l'Allemagne face à l'offensive russe en Ukraine. Cette décision n'est "en aucun cas justifiée", a réagi la cheffe de la diplomatie allemande, Annalena Baerbock.

Plus de 5,2 millions de réfugiés

 Le nombre de réfugiés ukrainiens ayant fui leur pays depuis le 24 février a dépassé les 5,2 millions, selon le Haut Commissariat de l'ONU. En outre, plus de 7,7 millions de personnes ont quitté leur foyer mais se trouvent toujours en Ukraine, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), également rattachée à l'ONU.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.