Guerre en Ukraine : Greenpeace bloque un pétrolier russe pendant plusieurs heures

Vingt personnes ont été arrêtées.

Des militants écologistes de Greenpeace organisent une action contre le navire \"Ust Luga\", dans le port d\'Aasgaardstrand, en Norvège, le 25 avril 2022.
Des militants écologistes de Greenpeace organisent une action contre le navire "Ust Luga", dans le port d'Aasgaardstrand, en Norvège, le 25 avril 2022. (OLE BERG-RUSTEN / NTB / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Des militants de Greenpeace se sont enchaînés pendant plusieurs heures, lundi 25 avril, à un pétrolier russe dans le fjord d'Oslo (Norvège) pour l'empêcher de décharger sa cargaison d'hydrocarbures "qui financent la guerre de Poutine", a annoncé l'organisation. "Vingt personnes qui n'avaient pas obéi aux ordres des policiers ont été arrêtées", a déclaré la police dans un communiqué après avoir mis fin à l'action de Greenpeace. Ce direct est désormais terminé.

Moscou expulse 40 diplomates allemands. La Russie a annoncé lundi l'expulsion de 40 diplomates allemands, en représailles à une mesure similaire prise début avril par l'Allemagne à la suite de l'offensive russe en Ukraine. Il s'agit d'une "réponse symétrique" à une décision similaire "ouvertement inamicale" du gouvernement allemand, prise le 4 avril, précise le communiqué de la diplomatie russe. Ces dernières semaines, de nombreux pays européens, parmi lesquels l'Allemagne, la France, l'Italie ou l'Espagne ont expulsé des dizaines de diplomates russes. 

La Russie annonce un cessez-le-feu à Marioupol, Kiev dément. La Russie a annoncé son intention de cesser les hostilités à 14 heures (13 heures à Paris), lundi 25 avril, pour permettre l'évacuation des civils terrés avec des combattants ukrainiens dans le complexe métallurgique assiégé d'Azovstal à Marioupol, dans le sud-est de l'Ukraine. Mais Kiev assure qu'aucun accord n'a été conclu pour créer un couloir humanitaire. "Je déclare officiellement et publiquement que malheureusement, il n'y a aucun accord concernant un couloir humanitaire depuis Azovstal aujourd'hui", a écrit sur Telegram la vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk.   

 L'Ukraine "peut gagner" la guerre "si elle a les bons équipements", estime le chef du Pentagone. C'est ce qu'a déclaré lundi Lloyd Austin au retour d'un déplacement à Kiev avec le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken. "La première chose pour gagner, c'est de croire que l'on peut gagner. Et ils sont convaincus qu'ils peuvent gagner", a-t-il déclaré à quelques journalistes, à propos des Ukrainiens. "Ils peuvent gagner s'ils ont les bons équipements, le bon soutien", a-t-il ajouté.

 Retour des diplomates américains et nouvelle aide militaireLes chefs de la diplomatie et de la défense des Etats-Unis, Antony Blinken et Lloyd Austin, ont rencontré dimanche à Kiev le président ukrainien Volodymyr Zelensky, a confirmé Washington lundi en annonçant une aide militaire supplémentaire à l'Ukraine directe et indirecte de 713 millions de dollars. Ce déplacement a également été marqué par l'annonce du retour des diplomates américains dans le pays. Antony Blinken a ainsi annoncé la nomination dans les prochains jours d'une nouvelle ambassadrice des Etats-Unis en Ukraine.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #UKRAINE

23h17 : S'il a menacé d'une nouvelle guerre mondiale, Sergueï Lavrov s'est aussi dit confiant sur le fait que "tout va bien sûr finir par la signature d'un accord". "Mais les modalités de cet accord dépendront de la situation des combats sur le terrain, au moment où cet accord deviendra une réalité", a-t-il ajouté.

23h06 : "Le danger est grave, il est réel, on ne peut pas le sous-estimer."

Dans ce contexte de tensions sans précédent entre la Russie et les Occidentaux en raison de l'offensive russe en Ukraine, Sergueï Lavrov a mis en garde contre le danger "réel" d'une troisième guerre mondiale.

22h18 : Sergueï Lavrov assure également que la Russie veut poursuivre les négociations de paix avec Kiev. Mais selon lui, l'Ukraine fait semblant de discuter. "La bonne volonté a ses limites. Et si elle n'est pas réciproque, cela ne contribue pas au processus de négociation", déclare-t-il, cité par les agences de presse russes. "Mais nous continuons de mener des négociations avec l'équipe déléguée par [le président ukrainien Volodymyr Zelensky], et ces contacts vont se poursuivre", précise-t-il.

22h12 : Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, met en garde contre le danger "réel" d'une troisième guerre mondiale.

21h49 : Depuis le début de la guerre en Ukraine, les forces ukrainiennes ont réussi à neutraliser des chars ennemis grâce à des drones qui les repèrent. Des appareils parfois fabriqués par des civils, qui collaborent avec l'armée ukrainienne. Le "20 Heures" de France 2 a rencontré l'un d'entre-eux.

21h43 : Le gouverneur de la région russe de Belgorod, située à la frontière avec l'Ukraine, l'accuse d'avoir bombardé un village. Il y aurait des dégâts matériels et des civils blessés. "Pour l'instant, ils sont deux : un homme blessé à la main et une femme ayant reçu une blessure dans le cou", a écrit Viatcheslav Gladkov sur la messagerie Telegram.

20h56 : Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki reconnaît que son pays a envoyé des chars à l'Ukraine. "Pour des raisons de sécurité, nous n'allons pas préciser leur nombre", ajoute-t-il. Il avait annoncé samedi le transfert au voisin oriental du matériel militaire pour "une valeur d'environ 7 milliards de zlotys" soit 1,5 milliard d'euros, à l'issue d'une rencontre à Cracovie (sud) avec son homologue ukrainien Denys Chmygal.

23h59 : Voici le point sur l'actualité.

• On vous propose une floppée de nouveaux contenus pour revenir sur le second tour et ses enseignements : la victoire d'Emmanuel Macron vue par la presse étrangère, des infographies pour comprendre ces résultats, les raisons des scores de Marine Le Pen en outre-mer.

Le procès de la catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge, qui avait fait sept morts et des centaines de blessés il y a près de neuf ans, s'est ouvert devant le tribunal correctionnel d'Evry (Essonne). Découvrez le compte-rendu de ce premier jour d'audience.

•Le policier qui a tué un conducteur et son passager dimanche à Paris est placé en garde à vue à l'IGPN, a annoncé le parquet. Voici ce que l'on sait de ces tirs qui ont retenti peu après la réélection d'Emmanuel Macron.

• Le statu quo à Marioupol où Russes et Ukrainiens n'ont pu trouvé un accord pour un cessez-le-feu, des frappes russes dans la région de Vinnytsia. Voici ce qu'il faut retenir de cette nouvelle journée de guerre en Ukraine.

19h56 : La situation des dernières poches de résistance à l'invasion russe à Marioupol a une nouvelle fois été au cœur de l'actualité. La Russie avait annoncé son intention de cesser les hostilités, mais Kiev a rétorqué qu'aucun accord en ce sens n'avait été trouvé. De nouvelles frappes russes ont par ailleurs visé la région de Vinnytsia. Franceinfo fait le point sur ce qu'il faut retenir de cette journée de guerre en Ukraine.

18h46 : Des militants de Greenpeace se sont enchaînés pendant plusieurs heures à un pétrolier russe dans le fjord d'Oslo pour l'empêcher de décharger sa cargaison d'hydrocarbures "qui financent la guerre de Poutine", a annoncé l'organisation. "Vingt personnes qui n'avaient pas obéi aux ordres des policiers ont été arrêtées", a déclaré la police dans un communiqué après avoir mis fin à cette action.



(OLE BERG-RUSTEN / NTB / AFP)

18h09 : Un petit point sur l'actu à 18 heures, ça vous botte ? A consommer sans modération.

• On vous propose une floppée de cartes pour comprendre le résultat du scrutin d'hier : l'analyse du vote Macron, trois cartes pour visualiser la progression de Marine Le Pen, comment ont voté les territoires qui avaient plébiscité Jean-Luc Mélenchon... Fromage et dessert pour les cartophiles sur notre site (avec en bonus les résultats les plus étonnants à retrouver ici).

• Les grandes manoeuvres pour constituer le nouveau gouvernement ont commencé. Notre journaliste Margaux Duguet vous donne des pistes sur le casting de la nouvelle équipe. Et vous trouverez ici le calendrier des prochaines échéances.

• Il n'y a finalement pas eu d'accord pour l'évacuation de l'usine Azovstal de Marioupol pour évacuer les civils, après le refus de l'Ukraine de donner son feu vert. Les dernières informations sur le conflit en Ukraine sont à retrouver dans notre direct.

16h09 : Au moins cinq personnes ont été tuées et 18 autres blessées dans des frappes russes sur des installations ferroviaires dans la région de Vinnytsia, dans le centre-ouest de l'Ukraine, annonce le parquet local dans un communiqué.

16h08 : La Russie annonce l'expulsion de 40 diplomates allemands, en représailles à une mesure similaire prise début avril par l'Allemagne.

14h43 : Parce qu'il est arrivé que certaines évacuations humanitaires ne se déroulent pas dans les règles de l'art, avec obligation pour les civils fuyant les combats de se diriger vers les territoires dominés par les Russes (quand ce n'est pas directement en Russie). Jean-Claude Samouiller, vice-président d'Amnesty International France, expliquait ce week-end sur notre antenne que les ONG étaient "méfiantes et dubitatives sur les promesses de convoi humanitaire émises par la Russie". De la même façon, les autorités ukrainiennes soulignent que pour faire un corridor humanitaire, il faut l'accord des deux parties, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui à Marioupol.

14h43 : Pourquoi faut-il l'accord des Ukrainiens pour évacuer les civils d'Azovstal ? Cela est incompréhensible.

14h26 : On a peut-être annoncé un accord pour évacuer les civils de l'usine assiégée d'Azovstal, à Marioupol, un peu vite. Les autorités ukrainiennes démentent tout cessez-le-feu. "Je déclare officiellement et publiquement que malheureusement, il n'y a aucun accord concernant un couloir humanitaire depuis Azovstal aujourd'hui", a écrit sur Telegram la vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk. "Le corridor, annoncé unilatéralement, n'assure pas la sécurité, et donc, en fait, n'est pas un corridor humanitaire."

13h19 : Intéressante analyse de CNN qui pointe que, si la Chine est sous le feu des critiques pour observer un silence prudent sur la guerre en Ukraine, l’Inde, qui fait exactement la même chose, passe entre les gouttes. Pourquoi ? Les experts interrogés par la chaîne américaine soulignent que l’Occident, surtout les Etats-Unis, ont besoin de l’Inde pour affaiblir la Chine, leur nouveau grand rival pour la domination mondiale. En conséquence de quoi, l’Inde peut acheter du pétrole russe en toute impunité.

13h05 : Notez que les femmes et les enfants représentent 90% de ces réfugiés, les hommes de 18 à 60 ans, susceptibles d'être mobilisés, n'ayant pas le droit de partir.

13h05 : Le nombre de réfugiés ukrainiens ayant fui leur pays pris d'assaut par les troupes russes depuis le 24 février a dépassé les 5,2 millions, selon les derniers chiffres du Haut Commissariat de l'ONU publiés aujourd'hui.

12h53 : À Marseille, un hôtel-restaurant en manque de personnel a fait appel à des réfugiés ukrainiens, aidés par une association. En cuisine, le chef a sélectionné Kalina. Cette jeune commis de cuisine passionnée de gastronomie française est arrivée du sud-ouest de l'Ukraine. Franceinfo s'est glissé derrière les fourneaux.



(FRANCEINFO)

12h09 : Des civils sont terrés, aux côtés de combattants ukrainiens, dans le complexe métallurgique assiégé d'Azovstal à Marioupol, dans le sud-est de l'Ukraine.

12h06 : Les forces russes et leurs supplétifs ukrainiens prorusses s'engagent à "cesser unilatéralement les hostilités à 14 heures, heure de Moscou, retirer les unités à une distance sûre et assurer le départ" des civils "dans la direction de leur choix", annonce le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

12h08 : La Russie annonce un cessez-le-feu pour permettre aux civils de quitter Marioupol.

11h24 : Michel Hazanavicius change le titre de son prochain film : Z (comme Z) qui devient Coupez !, en raison d'un risque de confusion avec la lettre "Z" figurant sur les blindés russes en Ukraine. "Au vu de la charge symbolique prise par la lettre Z depuis le début de la guerre en Ukraine, et à la demande de cinéastes ukrainiens, j'ai décidé de changer le titre de mon film", a expliqué le réalisateur.

10h51 : La Russie dit par ailleurs avoir abattu deux drones ukrainiens près de la frontière avec l'Ukraine. "Il n'y a pas de décès, de blessé, ni de dégât matériel. La situation est totalement sous contrôle", selon le gouverneur de la région de Koursk. Pour l'instant, aucun lien n'est fait entre les deux événements.

10h51 : Un grand dépôt de carburant est en flammes à Briansk (Russie), située près de la frontière ukrainienne. "Selon les premières informations, il n'y a pas de victime", assure le ministère des Situations d'urgence. Les raisons de cet incendie n'ont pas été précisées. La ville sert de base logistique à la Russie pour son invasion de l'Ukraine.

09h39 : Vladimir Poutine a à son tour félicité Emmanuel Macron pour sa réélection, lui souhaitant du "succès".

07h22 : "On a décidé de revenir maintenant, parce les gens rentrent à Kiev. Et ça nous a manqué. Ma petite-fille pleurait, elle voulait revoir ses parents."


La guerre en Ukraine entre dans son troisième mois, avec les combats qui se concentrent désormais sur l'est du pays, certains habitants qui avaient fui ont décidé de revenir. Franceinfo en a rencontré plusieurs d'entre eux. Lena, sa petite-fille Dasha et leur famille de retour à Kiev (Ukraine) le 24 avril 2022 (FARIDA NOUAR / FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

06h14 : Deux hauts responsables américains ont rencontré hier à Kiev le président ukrainien Volodymyr Zelensky, une première depuis le début de l'invasion russe, il y a deux mois. Ils ont annoncé le retour progressif d'une présence diplomatique américaine en Ukraine et une aide militaire supplémentaire de 713 millions de dollars (661 millions d'euros).