Guerre en Ukraine : à Moscou, la guerre se joue aussi sur le terrain des images

Publié
Guerre en Ukraine : à Moscou, la guerre se joue aussi sur le terrain des images
FRANCE 3
Article rédigé par
L. Nahan, A. Peyrout, M. Le Rue - France 3
France Télévisions

Comme dans chaque guerre, il y a une autre bataille, celle de la communication. Facebook et Twitter sont désormais bloqués en Russie. Une nouvelle loi contre les médias indépendants a été adoptée par la Douma, vendredi 4 mars. La censure en Ukraine et en Russie, une situation de plus en plus difficile pour les journalistes.

Des journalistes anglais de Sky News sont en reportage non loin de Kiev. Mais sur leur route, ils tombent dans ce qu’ils décrivent comme une embuscade. Ils viennent d’être pris pour cible par des tirs russes. Les salves sont de plus en plus intenses. Pour se protéger, l’équipe décide de s’identifier, mais rien n’arrête les militaires. L’un des journalistes est blessé, un deuxième reçoit deux tirs dans son gilet pare-balles, avant de ramper hors de la voiture. Après d’interminables minutes, l’équipe parvient enfin à se mettre à l’abri.

Relayer la propagande officielle du Kremlin

Moscou l’a bien compris, la guerre se joue aussi sur le terrain des images. Il ne faut pas que les journalistes puissent rendre compte. À la télévision russe, on ne parle pas d’invasion, mais de libération de l’Ukraine. Samedi 5 mars, l’antenne accuse l’ennemi de suspendre le couloir humanitaire. Une majorité de la population adhère à cette version. Depuis plusieurs jours, certains médias sociaux sont bloqués par les autorités. Vendredi 4 mars, le Parlement russe a voté une loi de contrôle de l’information, selon laquelle toute personne relayant autre chose que la propagande officielle du Kremlin risque jusqu’à quinze ans de prison. Se sentant menacés, certains journalistes de médias indépendants ont décidé de quitter le pays.


Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.