En images, la réaction de Vladimir Poutine après les réprimandes de l'Occident

Le président russe a officiellement reconnu le rattachement de la Crimée à la Russie, en dépit des mises en garde de l'Occident. Sans lever un sourcil.

Le président russe, Vladimir Poutine, le 4 mars 2014 à Moscou (Russie).
Le président russe, Vladimir Poutine, le 4 mars 2014 à Moscou (Russie). (SERGEY GUNEEV / RIA NOVOSTI)

Cause toujours, tu m'intéresses... Les grands pays occidentaux et l'Ukraine ont fermement condamné, mardi 18 mars, le rattachement de la Crimée à la Russie, et menacé de renforcer l'isolement de Moscou par des sanctions supplémentaires. Le président russe, Vladimir Poutine, s'est montré inébranlable dans ce dossier. 

Francetv info imagine la réaction du chef de l'Etat russe après le concert de réprimandes qui l'ont visé. 

"La France ne reconnaît ni les résultats du référendum en Crimée, ni le rattachement de cette région d'Ukraine à la Russie" (François Hollande)

Le président russe, Vladimir Poutine, le 4 mars 2014 à Moscou (Russie).
Le président russe, Vladimir Poutine, le 4 mars 2014 à Moscou (Russie). (SERGEY GUNEEV / RIA NOVOSTI)

"La souveraineté, l'intégrité territoriale et l'indépendance de l'Ukraine doivent être respectées" (José Manuel Barroso et Herman Van Rompuy, présidents de la Commission européenne et du Conseil européen)

Le président russe, Vladimir Poutine, le 4 mars 2014 à Moscou (Russie).
Le président russe, Vladimir Poutine, le 4 mars 2014 à Moscou (Russie). (SERGEY GUNEEV / RIA NOVOSTI)

"L'annexion de la Crimée est illégale et les pays alliés au sein de l'Otan ne la reconnaîtront pas" (Anders Fogh Rasmussen, secrétaire général de l'Otan)

Le président russe, Vladimir Poutine, le 4 mars 2014 à Moscou (Russie).
Le président russe, Vladimir Poutine, le 4 mars 2014 à Moscou (Russie). (SERGEY GUNEEV / RIA NOVOSTI)

"Des sanctions vont suivre" (la Maison Blanche)

Le président russe, Vladimir Poutine, le 4 mars 2014 à Moscou (Russie).
Le président russe, Vladimir Poutine, le 4 mars 2014 à Moscou (Russie). (SERGEY GUNEEV / RIA NOVOSTI)

"Parallèlement aux sanctions prises, nous allons privilégier la discussion" (Angela Merkel, chancelière allemande)

Le président russe, Vladimir Poutine, le 4 mars 2014 à Moscou (Russie).
Le président russe, Vladimir Poutine, le 4 mars 2014 à Moscou (Russie). (SERGEY GUNEEV / RIA NOVOSTI)

"L'ONU demande fermement à toutes les parties concernées de reprendre un dialogue constructif" (Ban Ki-moon, secrétaire général de l'ONU)

Le président russe, Vladimir Poutine, le 4 mars 2014 à Moscou (Russie).
Le président russe, Vladimir Poutine, le 4 mars 2014 à Moscou (Russie). (SERGEY GUNEEV / RIA NOVOSTI)

"L'isolement politique et économique de la Russie ne peut qu'augmenter si elle poursuit dans la même voie" (Joe Biden, vice-président américain)

Le président russe, Vladimir Poutine, le 4 mars 2014 à Moscou (Russie).
Le président russe, Vladimir Poutine, le 4 mars 2014 à Moscou (Russie). (SERGEY GUNEEV / RIA NOVOSTI)

"Vladimir Poutine suit l'exemple des fascistes du XXe siècle" (Olexandre Tourtchinov, président ukrainien par intérim)

reaction animated GIF