Guerre en Ukraine : Emmanuel Macron promet de travailler à de "nouvelles sanctions" européennes contre la Russie

Lors d'un entretien téléphonique avec Volodymyr Zelensky, le chef de l'Etat a par ailleurs "réitéré sa ferme condamnation de l'annexion illégale par la Russie" de quatre régions ukrainiennes, selon un communiqué.

Emmanuel Macron à l\'Elysée, à Paris, le 29 août 2022. 
Emmanuel Macron à l'Elysée, à Paris, le 29 août 2022.  (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Emmanuel Macron s'est engagé dimanche 2 octobre à "travailler avec ses partenaires européens à de nouvelles sanctions" contre la Russie après l'annexion de quatre régions ukrainiennes, a rapporté l'Elysée. Lors d'un entretien téléphonique avec son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky, le chef de l'Etat "a réitéré sa ferme condamnation de l'annexion illégale par la Russie" des quatre régions, selon un communiqué. Il a également "réaffirmé la détermination de la France à aider l'Ukraine à retrouver sa pleine souveraineté et intégrité territoriale". Ce direct est maintenant terminé. 

 Berlin, Copenhague et Oslo vont fournir des canons d'artillerie à Kiev. L'Allemagne, le Danemark et la Norvège vont fournir à partir de l'année prochaine seize canons d'artillerie automobiles blindés à l'Ukraine, qui cherche à renforcer son arsenal militaire lourd pour repousser la Russie, a déclaré Berlin dimanche. Cette annonce est consécutive à une visite ce week-end en Ukraine de la ministre allemande de la défense, Christine Lambrecht, une première depuis l'invasion russe déclenchée le 24 février.

 Le pape François "supplie" Vladimir Poutine d'arrêter la "spirale de violences". Ce n'est pas la première fois que le pape François condamne l'invasion de l'Ukraine, mais les mots choisis sont particulièrement forts. Lors de sa prière, place Saint-Pierre au Vatican, le souverain pontife des catholiques a "supplié" le président russe Vladimir Poutine "d'arrêter, également par amour pour son peuple, cette spirale de violence et de mort". Il a également dit déplorer l'annexion proclamée par la Russie de quatre régions qu'elle occupe partiellement en Ukraine, une décision dont il a rappelé qu'elle est "contraire au droit international".

Zelensky menace les Russes et espère reprendre d'autres villes. "Tant que vous tous n'aurez pas résolu le problème" de Vladimir Poutine, "vous serez tués un par un, devenant des boucs émissaires", a lancé le président ukrainien à l'adresse du peuple russe, dans une allocution sur les réseaux sociaux samedi soir. Il a promis qu'"encore plus" de drapeaux ukrainiens, synonymes de territoires repris à l'armée russe, flotteraient dans l'est du pays "dans la semaine à venir". La ville de Lyman, reconquise par les soldats ukrainiens samedi, est "totalement débarrassée" des troupes russes, s'est réjoui Zelensky dimanche.

Les corps de 24 civils découverts près d'une ville reprise. Le gouverneur de la région de Kharkiv a affirmé que 13 enfants et une femme enceinte figuraient parmi les morts découverts près de Koupiansk après la reprise de cette ville, jeudi. Les corps, parfois carbonisés, ont été découverts dans des véhicules sur une route. Selon ce responsable ukrainien, il s'agissait de civils cherchant à fuir qui ont été tués par balles par des soldats russes. Un dirigeant séparatiste prorusse avait, lui, attribué ces morts à l'armée ukrainienne jeudi.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #UKRAINE

20h37 : Niech Moc będzie z Wami 🇺🇦@U24_gov_ua

20h36 : L'actu internationale revue et corrigée par Mark Hamill, l'interprète de Luke Skywalker dans Star Wars avec son point de vue sur la crise en Ukraine et les élections au Brésil...

18h43 : Si la Russie patauge sur le plan militaire, côté législatif, les choses progressent rapidement. La Cour constitutionnelle russe a jugé les traités d'annexion de plusieurs régions ukrainiennes "conformes à la Constitution", après les référendums décriés de la semaine dernière. Selon Viatcheslav Volodine, le président de la Douma, les députés de la chambre basse du Parlement russe examineront dès demain un projet de loi en vue de leur ratification.

17h48 : Kiev demandait plus, en particulier des chars d'assaut Leopard allemands, que le gouvernement du chancelier Olaf Scholz a refusé de livrer. Il a argué qu'une telle décision n'était pas de son seul ressort et devait au préalable être discutée avec ses alliés occidentaux.

17h48 : L'Allemagne, le Danemark et la Norvège vont fournir à partir de l'année prochaine seize canons d'artillerie automobiles blindés à l'Ukraine, annonce Berlin, au lendemain de la visite de la ministre allemande de la Défense à Kiev.

15h19 : Emmanuel Macron s'est entretenu avec le président ukrainien et lui "a réitéré sa ferme condamnation de l’annexion illégale par la Russie de quatre régions ukrainiennes", rapporte l'Elysée. "Ils ont échangé sur la situation à Zaporijjia, qui reste très préoccupante. Le président de la République a condamné l'arrestation par les forces russes du directeur de la centrale", poursuit le communiqué.

12h48 : Sans surprise, la Cour constitutionnelle russe juge légaux les traités d'annexion des territoires ukrainiennes signés vendredi au Kremlin par le président Vladimir Poutine et les dirigeants des régions séparatistes et occupées d'Ukraine.

12h35 : Le pape François a "supplié", lors de la prière de l'Angélus place Saint-Pierre, le président russe Vladimir Poutine d'"arrêter" la "spirale de violence" en Ukraine, tout en déplorant profondément les annexions "contraires aux droit international".

12h19 : "A partir de 12h30 locales (09h30GMT), Lyman est totalement débarrassé (de l'armée russe). Merci à nos militaires", s'est félicité le président ukrainien dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux. Cet important nœud ferroviaire dans la région annexée de Donetsk par Moscou, est donc entièrement sous contrôle de l'armée ukrainienne, au lendemain du retrait annoncé des troupes russes.

12h18 : Le président ukrainien affirme que la ville de Lyman est "totalement débarrassée" de l'armée russe.

10h10 : "Cela se fissure de toute part, les unités n'obéissent même plus aux ordres de Vladimir Poutine, tout simplement parce qu'elles n'ont plus les moyens de résister."

Les Russes ont "déjà perdu la guerre" sur le plan militaire estime sur franceinfo Guillaume Ancel, ancien officier de l'armée française, alors que l'armée ukrainienne est entrée dans la ville stratégique de Lyman, à l'est du pays, dans la région de Donetsk.