Guerre en Ukraine : Volodymyr Zelensky évoque "des combats extrêmement féroces" dans l'est du pays

Selon le président ukrainien, le gros de ces affrontements se déroulent dans la région de Donetsk.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky fait une déclaration à la presse dans la ville de Boutcha, au nord de Kiev, le 4 avril 2022. 
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky fait une déclaration à la presse dans la ville de Boutcha, au nord de Kiev, le 4 avril 2022.  (RONALDO SCHEMIDT / AFP)
Ce qu'il faut savoir

L'intensité des combats ne faiblit pas sur la ligne de front ukrainienne. Mercerdi 26 octobre, lors de son point quotidien sur la guerre qui ravage l'Ukraine, le président Volodymyr Zelensky a évoqué "des combats extrêmement féroces (...) près de Bakhmout", ville de la région de Donetsk dans l'est de l'Ukraine. Mardi, sept civils ont été tués et trois autres blessés dans cette localité qui est une cible prioritaire de l'armée russe depuis plusieurs mois. Ce direct est désormais terminé.

 Un corps remis par la Russie à l'Ukraine. La dépouille est celle d'un volontaire américain, a annoncé sur Telegram mercredi 26 octobre Andriï Iermak, le chef de cabinet de la présidence ukrainienne. Joshua Alan Jones, 24 ans et vétéran de l'armée américaine, avait combattu pour l'Ukraine, où il a trouvé la mort fin août dans un combat contre les forces russes. 

 Les évacuations se poursuivent dans la région de Kherson. "Plus de 70 000" civils ont quitté leur domicile "en une semaine", a déclaré mercredi Vladimir Saldo, le chef de l'administration d'occupation russe, sur la chaîne de télévision Krym 24. "La traversée" de la rive droite du fleuve Dnipro vers la rive gauche avait débuté le 19 octobre. Il était initialement prévu d'évacuer "de 50 000 à 60 000 personnes", avait détaillé Vladimir Saldo. 

Vladimir Poutine se montre hostile au nouveau Premier ministre britannique. Le président russe n'a pas félicité Rishi Sunak pour sa prise de fonction car le Royaume-Uni est un pays "inamical", a déclaré mercredi le Kremlin. En parallèle, le président américain Joe Biden a félicité le chef du gouvernement britannique mardi et s'est accordé avec lui "sur l'importance de travailler ensemble pour soutenir l'Ukraine et pour tenir la Russie responsable de son agression", rapporte la Maison Blanche. 

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #UKRAINE

23h00 : Et si vous avez envie de lire autre chose que du Macron, voici les contenus du jour à ne pas manquer sur franceinfo :

On vous raconte l'histoire de ces "dents de dragon" que les mercenaires de Wagner veulent semer pour contrer les blindés ukrainiens


Prix du gaz, bouclier antimissile, avion de combat européen... On vous décrypte les cinq sujets de tension entre la France et l'Allemagne

On vous décortique en cinq infographies la vague de chaleur "totalement inédite" qui touche la France depuis mi-octobre.

17h31 : Lors d'un nouvel échange de prisonniers avec Moscou, Kiev dit avoir récupéré le corps d'un volontaire américain qui a été tué par l'armée russe fin août. Selon des informations de la presse américaine, il s'agit de Joshua Alan Jones, 24 ans.

Par ailleurs, le chef de cabinet de la présidence ukrainienne, Andriï Iermak, précise sur Twitter que "dix militaires ukrainiens" dont "un officier et neufs soldats et sergents" ont été échangés avec la Russie.

17h22 : Des images rares. Une équipe de France Télévisions a pu visiter un lieu de détention en Ukraine avec des détenus russes parfois gravement blessés. Respect de la convention de Genève, droit pour les prisonniers d'appeler leurs familles, soins aux blessés... L'Ukraine veut prouver qu'elle respecte les droits humains, après avoir été critiquée sur le sujet au début de l'invasion russe.

(FRANCE 2)

15h46 : Une semaine après le début des évacuations, "plus de 70 000" civils ont quitté leur domicile dans la région de Kherson, annoncent les autorités d'occupation prorusses. Ces dernières avaient précisé le 19 octobre qu'elles commençaient les évacuations de civils sur place face à l'avancée des troupes ukrainiennes.

14h39 : Путин наблюдает за ходом учений сил стратегического сдерживания, которые так обеспокоили США. Это вторые подобные учения в этом году. Первые прошли за 5 дней до старта спецоперации - 19 февраля https://t.co/EhN9iwSy3i

14h38 : Vladimir Poutine a mené un exercice de dissuasion nucléaire stratégique, rapporte le site du Kremlin. Cet entraînement a mobilisé le système de missile terrestre Yars, le sous-marin nucléaire Tula et deux porte-missiles Tu-95MS, selon le chef de l'état-major Valeriy Guerassimov, cité par le ministère de la Défense.

13h08 : Voici le "best of" de nos contenus du jour sur franceinfo :

On vous raconte l'histoire de ces "dents de dragon" que les mercenaires de Wagner veulent semer pour contrer les blindés ukrainiens


Prix du gaz, bouclier antimissile, avion de combat européen... On vous décrypte les cinq sujets de tension entre la France et l'Allemagne

On vous décortique en 5 infographies la vague de chaleur "totalement inédite" qui touche la France depuis mi-octobre.

12h43 : Le ministre russe de la Défense s'est entretenu ce matin au téléphone avec son homologue chinois. Sergueï Choïgou et Wei Fenghe ont discuté "de la situation en Ukraine" mais aussi des allégations de Moscou selon lesquelles l'Ukraine préparerait une "bombe sale", précise l'armée russe sur Telegram.

10h00 : J'ai d'abord cru à une (excellente) blague , mais cette ligne de fortification suisse, qui fait penser à celle construite en Ukraine en ce moment dont vous parlait mon collègue Fabien Magnenou tout à l'heure, existe bien. Son vrai nom est "ligne fortifiée de la Promenthouse". Vous trouverez quelques images sur le site de cette association.

09h55 : Bonjour FI, la Suisse disposait d'un dispositif similaire dont les vestiges subsistent aujourd'hui : la ligne Toblerone.

09h38 : Le groupe automobile allemand Mercedes-Benz va vendre ses actifs en Russie à un investisseur local. C'est ce qu'a annoncé aujourd'hui le ministère russe de l'Industrie et du Commerce, dans un contexte d'offensive en Ukraine et de sanctions occidentales.

07h28 : "Le risque d'un problème nucléaire civil, d'un accident en particulier dans la centrale nucléaire de Zaporijjia" est devenu "permanent" en Ukraine, alerte ce matin sur franceinfo Édouard Jolly, chercheur en théorie des conflits armés et philosophie de la guerre à l'Institut de Recherche Stratégique de l'École militaire. Ce spécialiste explique que "les ouvriers ukrainiens ont dû mal à accéder aux installations".

07h10 : On la surnomme la "ligne Wagner". Le groupe paramilitaire russe du même nom a annoncé mi-octobre le début de travaux pour mettre en place un ruban défensif, réputé infranchissable pour les blindés ukrainiens. Le principe est simple : deux doubles rangées de blocs de béton pyramidaux – des "dents de dragon" – complétées par une tranchée profonde. Notre journaliste Fabien Magnenou vous en dit plus ici.

L'agence Ria Fan a publié plusieurs images de la "ligne Wagner" en cours de construction dans la région de Louhansk. (RIA FAN / FRANCEINFO)

(RIA FAN / FRANCEINFO)