Guerre en Ukraine : Volodymyr Zelensky revendique des avancées "puissantes" de son armée dans le sud du pays

La contre-offensive ukrainienne progresse dans le sud de l'Ukraine, après la libération de la ville de Lyman dans la région de Donetsk. 

Des soldats ukrainiens sur une route près de Lyman, dans la région de Donetsk (Ukraine), le 4 octobre 2022. 
Des soldats ukrainiens sur une route près de Lyman, dans la région de Donetsk (Ukraine), le 4 octobre 2022.  (ANATOLII STEPANOV / AFP)
Ce qu'il faut savoir

>> Ce direct est désormais terminé. 

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a revendiqué mardi 4 octobre des avancées "puissantes" de son armée dans le sud de l'Ukraine, évoquant des "dizaines" de localités reprises et remerciant Joe Biden pour le "soutien militaire continu" des Etats-Unis, déterminante dans cette grande contre-offensive de Kiev.

L'armée ukrainienne réalise des avancées "assez rapides et puissantes dans le sud de notre pays", a déclaré Volodymyr Zelensky dans son adresse quotidienne publiée sur les réseaux sociaux. "Des dizaines de localités ont été libérées rien que cette semaine" dans les quatre régions annexées en fin de semaine dernière par la Russie, dit-il. 

 Les forces russes ont reculé d'environ 30 km dans la région de Kherson. Une carte militaire montrée mardi 4 octobre par le ministère russe de la Défense lors de son briefing quotidien fait état d'un recul important des forces russes dans le nord la région de Kherson, dans le sud de l'Ukraine. Elle montre que l'armée russe a quitté un grand nombre de localités, dont Doudtchany, sur la rive occidentale du fleuve Dnipro, alors que l'armée ukrainienne mène dans cette région une contre-offensive et poursuit son avancée après avoir libéré la ville de Lyman, dans la région de Donetsk. 

200 000 personnes mobilisées dans l'armée russe, selon le Kremlin. Deux semaines après l'annonce d'une mobilisation partielle, le 21 septembre, par le dirigeant russe Vladimir Poutine, 200 000 personnes ont été mobilisées dans l'armée, a annoncé mardi le ministre de la Défense, Sergueï Choïgou. Officiellement, la mobilisation doit permettre de recruter 300 000 réservistes ayant une expérience militaire ou des compétences utiles, alors que l'armée russe est en difficulté sur le front ukrainien.

Le Conseil de la fédération russe a approuvé l'annexion de quatre territoires ukrainiens. Il y avait peu de suspense. Le Conseil de la fédération russe, l'équivalent du Sénat, a approuvé à l'unanimité, lors de la session plénière de mardi, les lois sur la ratification des quatre traités sur l'annexion des républiques autoproclamées de Donetsk et Louhansk, ainsi que les régions de Kherson et Zaporijjia, dans l'est de l'Ukraine, après les référendums. La communauté internationale condamne ces annexions. 

La Corée du Nord soutient l'annexion russe des territoires ukrainiens. Le ministre nord-coréen des Affaires étrangères, Jo Chol Su, a défendu ces référendums comme étant parfaitement légitimes et "organisés conformément à la Charte des Nations unies établissant les principes de l'égalité des peuples", selon l'agence de presse officielle nord-coréenne KCNA.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #UKRAINE

23h27 : Et si l'Ukraine devenait coorganisatrice de la Coupe du monde de 2030 ? L'Espagne, qui porte une candidature en duo avec le Portugal, fait savoir qu'elle "soutiendra" la "possibilité" d'une telle "inclusion" à ce ticket commun auprès des instances européennes.

23h20 : Reportage édifiant de France 2 dans l'est de l'Ukraine, dans une zone un temps occupée par les forces russes. Des familles y sont sans nouvelles de leurs enfants, qu'ils avaient confié aux autorités pro-russes en colonie de vacances. Leur village ayant été repris par Kiev, le sort des enfants reste inconnu.




22h42 : Volodymyr Zelensky a également échangé avec le Premier ministre indien, Narenda Modi, qu'il a remercié pour son "soutien" après qu'il a pris position contre la guerre en Ukraine, mi-septembre, lors d'un entretien avec Vladimir Poutine. Jusqu'ici, Kiev était très critique envers New Delhi pour sa neutralité.

22h36 : Le président ukrainien remercie son homologue américain, Joe Biden, pour le "soutien militaire et financier continu" des Etats-Unis. Peu avant, Washington a annoncé un nouvel envoi d'armes à Kiev, dont quatre nouveaux systèmes de lance-roquettes Himars, très appréciés par les Ukrainiens.



(Gints Ivuskans / AFP)

22h31 : "Nos militaires ne s'arrêtent pas. Ce n'est qu'une question de temps avant que nous chassions l'occupant de l'ensemble de nos terres."

Українська армія здійснює на півдні нашої країни швидкий і потужний рух – звернення Президента Володимира Зеленського

(PRESIDENT.GOV.UA)

22h27 : "Des dizaines de localités ont été libérées rien que cette semaine."

Dans sa vidéo quotidienne, le président ukrainien revendique de nouvelles conquêtes dans les régions annexées par la Russie en fin de semaine dernière, et des avancées "assez rapides et puissantes" dans le sud du pays.

21h26 : Quel avenir pour la centrale nucléaire de Zaporijjia, occupée par les forces russes depuis mars ? Le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique fait savoir qu'il "se rendra à Kiev puis à Moscou cette semaine" afin de discuter de la mise en place d'une zone de protection autour du site.

21h14 : "Aujourd'hui, la Banque nationale d'Ukraine est plus forte que jamais dans sa capacité à relever les défis et à surmonter les crises."


Agé de 49 ans, Kyrylo Chevtchenko estime que son institution a, depuis le début du conflit, "assuré le fonctionnement ininterrompu du système financier", "empêché la panique sur le marché des changes" et "stoppé la fuite massive de capitaux" hors du pays.

21h08 : En pleine guerre, le président de la banque centrale ukrainienne démissionne. Invoquant des "raisons liées à [sa] santé", Kyrylo Chevtchenko révèle sur Facebook qu'il a fait part de cette "décision difficile" au président ukrainien, Volodymyr Zelensky.

21h04 : L'ONU annonce qu'une nouvelle réunion d'urgence sur la situation en Ukraine aura lieu lundi. L'Assemblée générale de l'institution pourrait y examiner une résolution concernant les annexions de quatre régions ukrainiennes, après le veto russe lors d'une réunion du Conseil de sécurité sur cette question.

20h02 : Une odeur de frites s'invite à la rédaction. A l'heure du dîner, voici les principaux titres de ce mardi soir :

• Au détour d'une carte montrée lors d'un briefing quotidien, le ministère russe de la Défense a reconnu un nouveau repli important de son armée dans la région ukrainienne de Kherson. Les forces de Moscou ont reculé d'environ 30 km. Suivez notre direct.

• Il dénonce l'attitude "irresponsable" de Sandrine Rousseau, à l'origine de la tourmente dans laquelle il est plongé. Sur le plateau de France 5, l'ancien secrétaire national d'EELV, Julien Bayou, s'est redit innocent de toute forme de violence à l'encontre de son ex-compagne.

• Le Parlement européen a donné son feu vert final à l'obligation d'un chargeur identique pour tous les smartphones et appareils électroniques portables vendus dans l'UE, d'ici l'automne 2024.

• L'OM en route vers un premier succès européen cette saison ? Après avoir concédé un but dès la première minute de jeu, Marseille, dernier de son groupe, a pris les commandes de son duel à huis clos au Vélodrome face au Sporting Portugal (3-1, 45e). Suivez notre direct.

18h29 : The Ukrainian flag flies again over the village of Davydiv Brid, Kherson region.The Ukrainian marines are confidently advancing towards the Black Sea🎥: 35th Marine Brigade.

18h29 : Des soldats ont hissé le drapeau ukrainien sur une tour de télévision de Davydiv Brid, dans la région de Kherson, selon des images du ministère de la Défense ukrainien. Ce village est l'une des principales localités reprises aujourd'hui dans le cadre de la contre-offensive ukrainienne. La ligne de front a reculé de 30 kilomètres en une journée.

18h26 : La présidence ukrainienne fait savoir que le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a officiellement reçu la demande d'adhésion de l'Ukraine à l'Alliance. La prochaine étape consiste à examiner cette demande avec tous les Etats membres de l'Otan.

18h09 : Il est 18 heures, voici un nouveau rappel des titres :

• Le ministère russe de la Défense reconnaît un recul important de son armée dans la région ukrainienne de Kherson, selon une carte montrée lors de son briefing quotidien. Suivez notre direct.

La séance des questions au gouvernement a été très agitée à l'Assemblée, cet après-midi, après une allusion de la députée Aurore Berger à l'affaire Adrien Quatennens, lors d'une intervention sur les violences conjugales. Suivez notre direct.

Le prix Nobel de physique 2022 récompense le Français Alain Aspect, l'Américain John Clauser et l'Autrichien Anton Zeilinger, pour leurs "expériences révolutionnaires" sur la mécanique quantique.

• Le Parlement européen a donné son feu vert final à l'obligation d'un chargeur identique pour tous les smartphones et appareils électroniques portables vendus dans l'UE, d'ici l'automne 2024.

18h01 : Cette carte montre que les forces russes ont quitté un grand nombre de localités, dont Doudtchany, sur la rive occidentale du fleuve Dnipro. L'armée ukrainienne mène depuis plusieurs jours une importante contre-offensive dans la région de Kherson, dans le sud de l'Ukraine.

18h01 : Le ministère russe de la Défense reconnaît un recul important de son armée dans la région ukrainienne de Kherson, selon une carte montrée lors de son briefing quotidien.

17h17 : Un tweet de 275 signes a suffi pour que l'Américain Elon Musk se fâche avec l'intégralité des responsables ukrainiens. Le fondateur de SpaceX a suggéré un accord de paix entre Kiev et Moscou, sur la base de nouveaux référendums indépendants dans les territoires occupés et d'un statut de neutralité pour l'Ukraine. Les responsables locaux n'ont guère apprécié.

Le PDG de Tesla, Elon Musk, lors d'une conférence à Stavanger (Norvège), le 29 août 2022. (CARINA JOHANSEN / NTB VIA AFP)(CARINA JOHANSEN / NTB VIA AFP)

17h07 : Entre 600 000 et 700 000 Russes ont quitté leur pays depuis les annonces sur la mobilisation, selon Forbes Russie, qui cite des sources au sein de l'administration présidentielle. Quelque 200 000 d'entre eux ont pris la route du Kazakhstan. Il est toutefois impossible d'évaluer le nombre de ces Russes qui ont l'intention de revenir prochainement.

16h56 : Les forces armées ukainiennes ont frappé de nouveau le pont Antonov de Kherson, stratégique pour l'approvisionnement des forces russes stationnées dans cette ville occupée depuis le début de la guerre. Trois missiles HIMARS ont touché l'infrastructure, selon plusieurs sources russes.

16h55 : Les forces russes ont dû reculer face à la contre-offensive ukrainienne dans la région de Kherson, dans le sud de l'Ukraine. Le chef de l'occupation russe à Kherson a le premier admis une "percée" ukrainienne et notamment la perte du village de Doudtchany. La chaîne Telegram russe Rybar, qui suit les mouvements des forces russes, affirme que l'object de cette contre-offensive est de "couper les approvisionnements du groupement russe se trouvant sur la rive droite du Dnipro".

13h46 : Plus de 200 000 personnes ont été appelées pour combattre avec l'armée russe en Ukraine, depuis l'annonce par Vladimir Poutine d'une mobilisation "partielle" de la population. Ce chiffre a été communiqué par le ministre russe de la Défense, alors que les forces russes sont en difficulté dans l'est de l'Ukraine.

09h40 : Il est temps de faire un nouveau rappel des principaux titres :

"Il n'y a pas d'affaire Bayou. Il n'y a pas d'accusation." Julien Bayou, député EELV de Paris, s'exprime pour la première fois depuis qu'il a quitté la direction d'EELV et la présidence du groupe écologiste à l'Assemblée. Pour lui, Sandrine Rousseau "est allée trop loin".

• C'est le plus proche collaborateur d'Emmanuel Macron. Le secrétaire général de l'Elysée, Alexis Kohler, a été mis en examen pour "prise illégale d'intérêts". Il est maintenu à son poste et cela fait grincer les dents de l'opposition.

• La Cour de justice de la République a ordonné, hier, un procès contre le garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti. Le ministre de la Justice est accusé de "prise illégale d'intérêts" dans des dossiers l'opposant à des magistrats. Dénonçant "une instrumentalisation", ses avocats ont formé un pourvoi en cassation. Voici ce qui attend désormais le ministre.

"Il y a de nouveaux villages libérés dans plusieurs régions", affirme le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Suivez la situation dans notre direct.

07h48 : Les critiques se font même une place sur les antennes nationales en Russie. Et alors que les propagandistes russes tentent de trouver une explication aux défaites, la thèse d'une corruption et d'une incompétence de l'état-major fait son chemin chez les partisans de la guerre les plus enflammés. Retrouvez nos explications dans cet article.

07h21 : Le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, a été contraint de réagir : "Dans les moments difficiles, les émotions doivent être exclues. (...) Nous préférons faire des évaluations [de la situation] mesurées et objectives."

07h47 : Le dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov cible particulièrement le général Alexandre Lapine, commandant en chef du district central de l'armée russe, accusé d'avoir établi son quartier général à l'écart des combats. Ramzan Kadyrov s'est emporté contre le "népotisme dans l'armée", affirmant que cet officier avait "été couvert par les chefs de l'état-major". "Si cela ne tenait qu'à moi, je le rétrograderais, je le priverais de ses récompenses et je l'enverrais au front, avec une mitrailleuse à la main, afin qu'il lave sa honte au prix du sang", a-t-il également lancé.

07h47 : Après la perte de la ville de Lyman par les troupes russes, des voix s'élèvent contre la stratégie de Moscou. Le Tchétchène Ramzan Kadyrov et Evgueni Prigojine, fondateur de la milice Wagner, ne taisent plus leurs critiques à l'égard du commandement militaire, qu'ils jugent coupable des récents revers de l'armée russe.



(MIKHAIL METZEL / SPUTNIK / AFP)