Crise alimentaire : l'ONU appelle les pays de l'OMC à ne pas restreindre leurs exportations de nourriture

La guerre en Ukraine "a augmenté le risque de faim et de famine pour des dizaines de millions de personnes qui sont sur le point de devenir ou sont déjà en situation d'insécurité alimentaire", écrivent deux responsables des Nations unies avant une réunion des pays membres de l'OMC cette semaine.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La Haute-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme Michelle Bachelet lors d'une conférence de presse à Genève (Suisse), le 13 juin 2022. (FABRICE COFFRINI / AFP)

Deux dirigeantes onusiennes ont appelé, lundi 13 juin, les pays membres de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) à ne pas imposer de restrictions aux exportations de nourriture. Objectif : éviter le risque de grave crise alimentaire que fait planer sur le monde entier l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Les ministres des pays membres de l'OMC se réunissent cette semaine à Genève (Suisse).

>> ENQUETE FRANCEINFO. On a traqué les convois russes accusés de détourner le blé ukrainien et d'aggraver "une crise alimentaire mondiale"

"La guerre en Ukraine inflige de terribles souffrances au peuple ukrainien et a augmenté le risque de faim et de famine pour des dizaines de millions de personnes qui sont sur le point de devenir ou sont déjà en situation d'insécurité alimentaire", écrivent Michelle Bachelet, haute-commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, et Rebeca Grynspan, secrétaire générale de la Cnuced, organe des Nations unies chargé du commerce et du développement.

Après le blé, l'Inde freine sur le sucre

Elles demandent aux pays de l'OMC de "s'abstenir d'imposer des restrictions aux exportations sur les denrées alimentaires essentielles achetées par les pays les moins avancés et par les pays en développement importateurs nets de produits alimentaires, ainsi que sur celles achetées par le Programme alimentaire mondial à des fins humanitaires".

Fin mai, la directrice générale de l'OMC, Ngozi Okonjo-Iweala, avait elle aussi appelé à limiter les restrictions aux exportations. L'Inde, un des derniers pays à avoir pris ce type de mesures, a annoncé un plafonnement de ses exportations de sucre à partir du 1er juin, après avoir déjà interdit celles de blé. Une des attentes fortes de la conférence ministérielle de l'OMC est justement l'adoption d'un texte sur les restrictions aux exportations et la sécurité alimentaire.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.