Cet article date de plus de neuf ans.

LVMH détient 4 milliards d'euros d'actifs en Belgique

Selon la banque financière Bloomberg, le groupe de Bernard Arnault possède 4 milliards d'euros d'actifs en Belgique, répartis entre douze compagnies. Ces sociétés sont des instruments de placement pour LVMH, un véritable centre opérationnel financier.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Vincent Isore/IP3 press Maxppp)

Une nouvelle révélation qui risque d'alimenter la polémique autour de Bernard Arnault. Son groupe de luxe prospère en Belgique. Selon les données de la
Banque centrale belge publiées par Bloomberg, LVMH détient 4 milliards d'euros d'actifs
répartis entre douze sociétés et une fondation privée, toutes basées en Belgique. Elles auraient triplé leurs actifs depuis 2008 puisque ces sociétés d'investissement ont déclaré chacune, de moins de 100.000 euros
à plus de 2,6 milliards d'euros d'avoirs, auprès de la banque centrale belge en
2012 contre 1,3 milliard en 2008.

LVMH
se sert de la Belgique pour bénéficier
des avantages fiscaux que le pays offre. D'autres multinationales d'ailleurs
profitent de ces avantages comme Auchan, EDF, Accor ou Lactalis. Olivier Labesse, un
porte-parole du groupe LVMH, explique que les sociétés sont des instruments de
placement pour LVMH, qui a enregistré un chiffre d'affaires de 23,6 milliards d'euros en 2011. Le groupe a fait de la Belgique son "centre
opérationnel financier"
, ajoute-t-il. Un "mécanisme classique"  d'après le porte-parole, mais qui
"n'a rien à voir" avec la situation de Bernard Arnault, l'homme le
plus riche de France déjà au coeur d'une polémique liée à sa demande nationalité
belge.

Et pourtant, en Belgique, la
politique d'investissement du groupe LVMH agace. Récemment David Pestieau, un dirigeant
du Parti du travail de Belgique, a révélé que les sociétés de placement du
groupe payaient 24,2 millions d'euros d'impôts grâce à de nombreuses
déductions, alors qu'en 2009, leur bénéfice total s'élevait à plus de 630
millions d'euros. Il dénonce par ailleurs l'attitude de Bernard Arnault : "Une stratégie se met en place, mais nous n'avons pas encore toutes les clés du mystère".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.