Jean-Paul II et Jean XXIII, deux papes bientôt canonisés

Le Vatican a décidé d'élever les deux religieux au rang de saints.

Le pape Jean-Paul II, à Rome, le 21 octobre 2003.
Le pape Jean-Paul II, à Rome, le 21 octobre 2003. (PATRICK HERTZOG / AFP)

Ils vont être sanctifiés. Jean-Paul II et Jean XXIII vont bientôt être canonisés, annonce le Vatican, vendredi 5 juillet. Le pape François a décidé de convoquer un consistoire sur ces canonisations. La date de la cérémonie n'est pas encore connue. Elle pourrait avoir lieu "d'ici la fin de l'année", a affirmé le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi.

Qui sont ces deux papes ?

Jean-Paul II a été pape de 1978 à 2005, avant que Benoît XVI ne lui succède à sa mort. Au moment des obsèques de Jean Paul II en 2005, à l'issue de 27 ans de pontificat, l'un des plus longs de l'Histoire, la foule avait crié "santo subito" ("Qu'il soit fait saint tout de suite"). Il a été béatifié en mai 2011.

Quant à Jean XXIII, son pontificat a été beaucoup plus court : il a duré de 1958 à sa mort, en 1963. Mais il a été marqué par la tenue du concile Vatican II, au cours duquel ont été décidées de nombreuses réformes censées moderniser l'Eglise catholique. Jean XXIII est aussi connu pour son attitude pastorale et son ton bienveillant à l'adresse des foules. Il est surnommé le "bon pape".

A quelles conditions deviennent-ils saints ?

Il faut généralement être considéré responsable de deux miracles pour accéder au statut de saint dans l'Eglise catholique. Le pape François a notamment approuvé un second miracle attribué au Polonais Jean-Paul II. Il s'agit de la guérison inexpliquée d'une habitante du Costa Rica, qui avait adressé des prières au prélat polonais le jour de sa béatification en mai 2011. Un miracle lui avait déjà été attribué quand il avait guéri de la maladie de Parkinson une religieuse française, Marie Simon-Pierre Normand.

En revanche, Jean XXIII, béatifié en 2000, va accéder à la sainteté sans deuxième miracle. Cette décision est du ressort du pape, mais elle est considérée comme plutôt rare. "Nous connaissons tous les vertus et la personnalité du pape Roncalli, il n'y a pas besoin d'expliquer les motifs de la décision sur sa sainteté", a souligné le père Lombardi, devant la presse. Selon lui, toutefois, il s'agit d'un "cas bien spécifique" qui a aussi le mérite de "coïncider avec le 50e anniversaire du Concile Vatican II".