Cet article date de plus de huit ans.

Les fondateurs de Dolce&Gabbana condamnés pour fraude fiscale

Domenico Dolce et Stefano Gabbana ont été condamnés en première instance ce mercredi à un an et huit mois de prison pour fraude fiscale. Les deux stylistes devraient faire appel de cette décision.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Sergei Karpukhin Reuters)

Le monde de la mode n'échappe pas aux scandales fiscaux. Les stylistes fondateurs de la marque Dolce&Gabbana ont été condamné ce mercredi à un an et huit mois de prison pour une fraude fiscale estimée à un milliard d'euros.

La somme, qui représente environ le chiffre d'affaire annuel de l'entreprise milanaise, aurait été cachée grâce à des sociétés écrans basées au Luxembourg. Fin mai, le parquet avait requis des peines de deux ans et six mois de prison. Les deux stars de la mode italienne devraient faire appel de la décision.

Un montage financier

A l'origine, les deux créateurs étaient personnellement propriétaires des marques et touchaient des royalties sur tous les articles vendus dans le monde. Mais en 2004 et 2005, le nom "Dolce et Gabbana " et les initiales "D&G " ont été vendus à une firme créée au Luxembourg. Dans ce pays, les royalties ne sont taxées qu'à 4%. La nouvelle société reversait 54 millions d'euros par an à Domenico Dolce et Stefano Gabbana.

Au mois de février dernier, les stylistes italiens avaient déjà été condamnés pour la même affaire à une amende de 343 millions d'euros pas le fisc italien.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.