Les chômeurs anglais forcés aux travaux d'intérêt général

Pour ne pas risquer de perdre leurs indemnités, les chômeurs britanniques de longue durée seront obligés de faire des travaux d'intérêt général annonce le ministre britannique des Finances ce lundi. Un nouveau dispositif baptisé "Help to work".

(Maxppp)

En Grande-Bretagne, "personne ne recevra quelque
chose sans contrepartie
". C'est ainsi que le ministre britannique des
Finances, George Osborne a présenté le nouveau dispositif du gouvernement à l'égard
des chômeurs. "Help to work", aide au travail, est une mesure annoncée
ce lundi. Elle oblige les chômeurs de longue durée à faire des travaux d'intérêt
général pour ne pas risquer de perdre leurs indemnités.

"Pour la première
fois, tous les chômeurs de longue durée, qui sont capables de travailler,
devront faire quelque chose en échange de leurs allocations et afin qu'on les
aide à trouver un emploi
", a expliqué George Osborne. Au Royaume-Uni, le
taux de chômage est de 7,7%.

30 heures par semaine

A partir du mois d'avril,
début de l'année budgétaire en Grande-Bretagne, les chômeurs de longue durée
devront consacrer 30 heures par semaine à ces travaux : ramasser les
poubelles dans la rue, cuisiner pour les personnes âgées ou travailler dans une
organisation caritative. Ils pourront également se rendre tous les jours dans
leur agence pour l'emploi.

S'ils ne le font pas,
ils perdront quatre semaines d'indemnité chômage (environ 275 euros). Et si ils
font faux bon une deuxième fois, ils se verront ôter trois mois d'indemnités. Tous
les chômeurs n'ayant pas trouvé de travail après deux ans sont concernés par le
programme, excepté les personnes analphabètes ou souffrant d'alcoolisme qui
seront aidés.

Cette annonce est une tactique politique. Avec cette réforme, le
parti conservateur au pouvoir de David Cameron, cherche à rallier ses soutiens
traditionnels et à contrer sur sa droite l'influence du parti anti-immigration
et anti-européen Ukip
avant les législatives de 2015.