VIDEO. Royaume-Uni : à cause du Brexit, ces Britanniques voteront contre leur camp aux élections législatives anticipées

Les électeurs britanniques sont de nouveau appelés aux urnes jeudi. Une part d'incertitude entoure l'issue du scrutin, nombre d'électeurs ayant fait le choix de voter pour un autre parti en raison du Brexit. 

FRANCEINFO

Une nouvelle élection placée sous le signe du Brexit. Environ 46 millions d'électeurs britanniques sont appelés à se rendre aux urnes, jeudi 12 décembre, afin d'élire leurs 650 représentants à la Chambre des communes. L'objectif : "mettre fin à l'impasse" parlementaire autour de la sortie du pays de l'Union européenne, après un troisième report jusqu'au 31 janvier

Le Premier ministre conservateur et fervent défenseur du Brexit, Boris Johnson, espère retrouver une majorité absolue au Parlement, et ainsi laisser derrière lui les différents blocages législatifs sur la question du Brexit. D'après un sondage YouGov datant du 6 décembre, et relayé par The Guardian (en anglais), le Parti conservateur est crédité de 43% des intentions de vote, contre 33% pour le principal parti d'opposition, le Parti travailliste de Jeremy Corbyn. Une mouvance qui défend la négociation d'un nouvel accord de sortie de l'UE, ainsi que la tenue d'un second référendum. Quant aux Libéraux-Démocrates, troisième force politique britannique et foncièrement anti-Brexit, ils recueillent 13% des intentions de vote. 

L'issue de ces élections anticipées reste toutefois incertaine, tant le Brexit vient bousculer les clivages politiques classiques au Royaume-Uni. Selon un récent sondage mené auprès de 10 000 électeurs, et relayé par la campagne pour un second référendum sur le Brexit, 10% des Britanniques se disent prêts à changer de camp politique jeudi, souligne The Independent (en anglais). 

"Ils ont menti, menti et menti"

Camilla Hill et Andrew Fletcher votent tous les deux pour le Parti conservateur depuis plus de trente ans. Pour la première fois jeudi, ils voteront contre la formation politique et pour son principal rival, le Parti travailliste. "Je veux qu'il y ait un second référendum pour le peuple britannique" sur le Brexit, défend Camilla Hill. "Je ne fais plus confiance aux conservateurs. Ils ont menti, menti et menti au sujet du Brexit", dénonce l'électrice pro-européenne. 

"Le Parti conservateur est un parti populiste, il espère attirer les voix des sympathisants de Nigel Farage [le leader du Parti du Brexit]", regrette de son côté Andrew Fletcher. Ce dernier a voté en faveur du Brexit lors du référendum de 2016, mais souhaite désormais un maintien de son pays dans l'UE. 

Pour avoir ces voix [celles des sympathisants de Nigel Farage], le Parti conservateur doit adopter une position en faveur d'un Brexit dur. Cela me rend extrêmement triste et extrêmement en colère.

Andrew Fletcher

à franceinfo

A l'exact opposé, David Paton a été membre des travaillistes pendant plus de trois décennies. Défenseur du Brexit, il fustige le choix de son parti politique de défendre un nouvel accord et l'organisation d'un second référendum. Désormais soutien du Parti du Brexit de l'europhobe Nigel Farage, il envisage pour la première fois de voter pour un candidat conservateur, le mouvement qu'il a rejoint n'ayant pas de candidat dans sa circonscription. "Les travaillistes ont voté un report du Brexit en mars puis en avril, et pour moi ce fut un point de non-retour, explique celui qui a quitté le parti cette année. Ils ont profité de toutes les opportunités pour bloquer le Brexit." Seront-ils nombreux à faire comme lui et voter contre leurs convictions politiques ? Réponse jeudi. 

Des personnes manifestent contre le Brexit devant le Parlement britannique, le 30 octobre 2019 à Londres (Royaume-Uni). 
Des personnes manifestent contre le Brexit devant le Parlement britannique, le 30 octobre 2019 à Londres (Royaume-Uni).  (WIKTOR SZYMANOWICZ / NURPHOTO / AFP)