Royaume-Uni : trois PDG sur quatre envisagent une délocalisation après le Brexit

Si les patrons britanniques se disent confiants dans l'avenir, ils pourraient toutefois déménager le siège social de leur entreprise.

La première ministre Theresa May lors d\'un discours à la British Academy de Londres, le 9 septembre 2016.
La première ministre Theresa May lors d'un discours à la British Academy de Londres, le 9 septembre 2016. (NICK ANSELL / AFP)

Le Royaume-Uni craint une fuite des entreprises. Les chefs d'entreprise britanniques sont confiants dans leurs perspectives de croissance, mais les trois quarts d'entre eux envisagent de délocaliser une partie de leurs activités à l'étranger après le vote en faveur du Brexit, révèle lundi 26 septembre une enquête du cabinet KPMG.

Réalisée auprès de 100 sociétés réalisant entre 100 millions et un milliard de livres de chiffre d'affaires, l'étude montre que 76% des PDG britanniques interrogés envisagent de déménager hors du Royaume-Uni leur siège social ou certaines activités en raison du résultat du référendum du 23 juin. "Les PDG réagissent à l'incertitude actuelle en envisageant différentes éventualités", a déclaré Simon Collins, le président de KPMG pour le Royaume-Uni.

Ils voulaient rester dans l'Union européenne

Les chefs d'entreprise gardent malgré tout le moral puisque 86% disent avoir confiance dans la capacité de leur entreprise à se développer au cours des trois prochaines années et 69% se disent également confiants dans la croissance de l'économie britannique. KPMG précise que 72% des dirigeants interrogés ont voté pour le maintien de leur pays dans l'Union européenne.