"On a l'air de guignols" : à Stoke-on-Trent, où 69% des habitants étaient pour le Brexit, les électeurs sont fatigués par l'interminable feuilleton

La ville, surnommée "la capitale du Brexit" en raison des résultats élévés en faveur d'une sortie de l'UE, souhaite désormais qu'une issue soit trouvée au plus vite. 

Deux personnes qui attendent leur bus à Stoke-on-Trent en Angleterre, un ville où le résultat du Brexit était supérieur à la moyenne nationale, en octobre 2019. 
Deux personnes qui attendent leur bus à Stoke-on-Trent en Angleterre, un ville où le résultat du Brexit était supérieur à la moyenne nationale, en octobre 2019.  (OLI SCARFF / AFP)

Nouvelle impasse pour le Brexit. Comme Theresa May avant lui, Boris Johnson a vu son accord avec l'UE ajourné par un vote de la Chambre des communes samedi 19 octobre. Ce nouvel épisode provoque la colère des électeurs du Brexit comme à Stoke-on-Trent, au nord de l'Angleterre où 72% des électeurs avait voté pour une sortie de l'Union européenne. Trois ans plus tard, ils n'en peuvent plus de la saga interminable.

Un sujet sensible et usant 

William a eu 18 ans il y a quelques semaines. Ce jeune homme blond accompagne son père et son oncle dans le pub du quartier. Chacun sirote sa pinte de blonde en rigolant et en évitant surtout de parler du Brexit, le sujet qui fâche et qui fatigue. Lorsqu'on lui parle de Boris Johnson et du vote à Westminster samedi, William s'enflamme : "Bien fait pour lui, c'est un taré. Je pense qu'on doit rester dans l'Union européenne  mais ce sont les vieux comme mon oncle ou mon père qui ont voté pour nous, alors que nous les jeunes nous aurions voter. C'est notre futur, pas le leur". 

Dans sa famille, qui habite le même quartier de la même ville, le sujet est encore brûlant. Le père de William, Glenn, a voté pour le Brexit il y a trois ans. Aujourd'hui, il a du mal à soutenir les sarcasmes de son fils. "C'est la pagaille ! Si je devais revoter, je voterais contre le Brexit aujourd'hui. Il n'y a pas eu assez d'informations lors du référendum". 

"La démocratie a échoué"

En face de lui, l'oncle John s'énerve. Lui, il a voté à contre-courant de tout son quartier et de sa famille pour rester dans l'Union européenne. Cependant, il ne comprend pas pourquoi l'accord sur le Brexit n'a toujours pas été adopté et surtout, il s'inquiète pour l'avenir de la démocratie de son pays. "La démocratie a échoué au Royaume-Uni. Theresa May a été retoqué par trois reprises, Boris Johnson a été retoqué encore, dit-il agacé. Comment se fait-il que nos députés votent contre la volonté du peuple ? Et quand ils parlent d'un nouveau référendum, c'est comme un enfant qui perd un match de foot mais qui dirait 'j'ai perdu mais c'est ma balle, alors on rejoue'. Ces députés, il faut les virer". 

"On a l'air de guignols pour tous les autres pays, conclut William alors que la discussion s'anime de plus en plus autour du Brexit. L'Union européenne n'en peut plus, c'est pour ça qu'ils signent tous les accords. Ils veulent qu'on sortent vite". Mais personne ne sait quand, et c'est le seul point où toute la famille tombe d'accord. 

 

À Stoke-on-Trent, où 69% des habitants étaient pour le Brexit, les électeurs sont fatigués par l'interminable feuilleton - Le reportage de Cécile de Kervasdoué
--'--
--'--