Londres : entre la crise sanitaire et le Brexit, l’exode des expatriés français

Publié
Durée de la vidéo : 3 min.
Londres : entre la crise sanitaire et le Brexit, l’exode des expatriés français
France 2
Article rédigé par
M.Boisseau, D.Schlienger, J.Ezvan, N.Boothby, L.Soudre - France 2
France Télévisions

De nombreux Français expatriés à Londres (Royaume-Uni) ont fait le choix de rentrer en France : la crise sanitaire a eu des conséquences économiques pour beaucoup d’entre eux. Le Brexit a également rendu la capitale des Français à l’étranger beaucoup moins attractive. 

Entre Brexit et crise sanitaire, Londres a perdu son attractivité, et sa population a été réduite de 8 % en un an. Les expatriés, notamment Français, choisissent de plus en plus de partir, comme Benoît Fiol, jeune barman, licencié après la fermeture de l’hôtel où il travaillait. "Je n’avais pas du tout prévu de partir de Londres, au bout de huit ans, je pensais peut-être acheter une maison, ou autre, mais maintenant, avec le Covid, tout s’écroule", explique-t-il. Il va retourner vivre chez ses parents à 29 ans : il n’a pas réussi à retrouver un emploi, et les restrictions de voyage vers l’étranger, tout comme l’éloignement avec ses proches, l'ont convaincu. 

Changement de vie pour de nombreux Français

Antoine Danois a lui déjà sauté le pas : avec sa compagne, cet ancien habitant de Londres a déménagé au Mans (Sarthe) à la fin du mois d’octobre, alors que le confinement était annoncé des deux côtés de la Manche. Elle avait perdu son emploi à cause de l’épidémie, lui pouvait travailler n’importe où : résultat, ils ont pu devenir propriétaire dans cette ville, alors qu’à Londres, ils payaient 1 600 euros de loyer. "Certains Français qui ont quitté Londres gardent dans un coin de leur tête l’idée d’y revenir après la crise sanitaire, mais les échanges entre les deux pays sont de plus en plus compliqués, explique Matthieu Boisseau, journaliste France Télévisions à Londres. Depuis le Brexit, il faut un visa pour s’installer et travailler au Royaume-Uni."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.