Cet article date de plus de deux ans.

Licences de pêche post-Brexit : les négociations avec le Royaume-Uni se poursuivent, vive inquiétude des pêcheurs

Publié Mis à jour
Licences de pêche : les négociations avec le Royaume-Uni se poursuivent, vive inquiétude des pêcheurs
Licences de pêche : les négociations avec le Royaume-Uni se poursuivent, vive inquiétude des pêcheurs Licences de pêche : les négociations avec le Royaume-Uni se poursuivent, vive inquiétude des pêcheurs (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - C. de La Guérivière, V. Huan
France Télévisions

Les discussions se poursuivent entre Paris et Londres par rapport aux licences de pêche dans les eaux britanniques, lundi 1er novembre. Du côté des pêcheurs, l'inquiétude et l’anxiété commencent à s'installer.

Les négociations continuent entre la France, le Royaume-Uni et l’Union européenne en ce qui concerne les licences de pêche dans les eaux britanniques. Pour apaiser les tensions, Jersey a annoncé délivrer 49 licences temporaires à la France. L’inquiétude demeure sur l’île pour les pêcheurs. "C’est très inquiétant, car s’ils ferment les postes de contrôle à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), on sera complètement arrêtés. On ne pourra plus acheter de poissons, ni [en] exporter", confie l’un d’eux.

30% du chiffre d’affaires de la pêche française dépendent des eaux britanniques

Si les navires français ne reçoivent pas davantage de permis durables, la France a menacé d’empêcher les navires britanniques de débarquer leurs marchandises dans les ports de l’Hexagone et de renforcer les contrôles douaniers des camions. "Personne ne va gagner. Il n’y aura que des perdants", se lamente un pêcheur britannique. Côté français, l’attente perdure, mais l’anxiété commence à prendre le pas sur l’espoir. Certains bateaux restent cloués à quai. 30% du chiffre d’affaires de la pêche française dépendent des eaux britanniques.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.