Licences de pêche : Bruxelles demande à Londres de régler la question des licences d'ici le 10 décembre

L'annonce est intervenue au terme d'une discussion entre le commissaire européen à l'Environnement et la pêche et le ministre britannique en charge de l'Environnement. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un bateau de pêche au large des côtes normandes, le 8 septembre 2021. (GILLES TARGAT / GILLES TARGAT / AFP)

Une réaction ferme. La commission européenne a demandé au Royame-Uni, mercredi 24 novembre, de régler le litige qui l'oppose à la France autour des licences de pêche avant le 10 décembre, a annoncé un porte-parole. "Le commissaire Virginijus Sinkevicius [Environnement et pêche] s'est entretenu aujourd'hui avec le ministre [britannique de l'environnement] George Eustice", a précisé le porte-parole.

"En ce qui concerne les navires de remplacement et les eaux de Guernesey, les travaux se poursuivent pour trouver une solution d'ici la fin du mois", a-t-il précisé. La France a haussé le ton et demandé à la Commission d'être "plus active" pour régler ce contentieux. "L'espace de dialogue doit avoir une date limite et cette date limite la Commission doit la donner au Royaume-Uni", avait déclaré la ministre de la pêche Annick Girardin.

Dispute autour des justificatifs à fournir

La France réclame plus de licences de pêche à Londres et à l'île anglo-normande de Jersey dans le cadre de l'accord post-Brexit signé fin 2020. Les pêcheurs européens peuvent continuer à travailler dans les eaux britanniques à condition de pouvoir prouver qu'ils y pêchaient auparavant. Mais Français et Britanniques se disputent sur la nature et l'ampleur des justificatifs à fournir.

Au total, depuis le 1er janvier 2021, la France a obtenu "plus de 960 licences" de pêches dans les eaux britanniques et des îles anglo-normandes, mais Paris réclame encore plus de 150 autorisations, selon le ministère français de la Mer.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Brexit

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.