Le Parlement britannique vote un amendement réclamant de modifier l'accord sur le Brexit, Bruxelles refuse immédiatement

Le président français, Emmanuel Macron, a de nouveau martelé mardi soir que l’accord actuel ne peut pas être renégocié.

La Première ministre du Royaume-Uni, Theresa May, le 29 janvier 2019.
La Première ministre du Royaume-Uni, Theresa May, le 29 janvier 2019. (OLI SCARFF / AFP)

Nouveau revirement sur l'accord du Brexit. Mardi 29 janvier, les députés britanniques ont voté l'amendement N de Graham Brady (par 317 voix contre 301). Soutenu par le gouvernement, ce texte veut modifier l'accord de Brexit négocié avec l'Union européenne. Il propose d'envoyer Theresa May à Bruxelles pour renégocier notamment le "backstop" (filet de sécurité). Ce point du traité vise à éviter le retour d'une frontière physique entre la province britannique d'Irlande du Nord et la République d'Irlande. "Il est maintenant clair qu’il est possible de rassembler une majorité à la Chambre, s’est réjouie Theresa May. Nous allons demander des ajustements légaux à l’accord de sortie de l’UE."

La réponse de l'UE est d'ailleurs cinglante. Aussitôt après le vote de cet amendement, un porte-parole de l'UE a publié un communiqué ferme à l'attention des Britanniques : "Le 'backstop' fait partie du traité de retrait, et le traité de retrait n'est pas ouvert à une renégociation. Les conclusions du conseil européen de décembre sont très claires sur ce point". La situation semble bel et bien dans l'impasse. Le président français, Emmanuel Macron, a de nouveau martelé mardi soir que l’accord actuel ne peut pas être renégocié.