La chambre des Lords veut bloquer le Brexit s'il n'est pas négocié avec l'Union européenne

Majoritairement pro-Union européenne, les Lords ont adopté un amendement qui donne au Parlement le pouvoir d'empêcher le divorce avec Bruxelles en l'absence d'accord. 

Theresa May, le 16 avril 2018, à Londres. 
Theresa May, le 16 avril 2018, à Londres.  (PRU / AFP)

Le Brexit pourrait-il être remis en cause ? La chambre des Lords britannique a adopté, lundi 30 avril, un amendement au projet de loi sur le Brexit donnant au Parlement le pouvoir d'empêcher le gouvernement de quitter l'Union européenne en l'absence d'accord avec Bruxelles.

Majoritairement pro-Union européenne, la chambre des Lords –  l'équivalent du Sénat – a adopté le texte à 335 voix contre 244. Cette proposition offre aux parlementaires la possibilité "de suggérer de nouvelles négociations", voire de décider d'un maintien dans l'Union européenne, a expliqué le Lord conservateur Douglas Martin Hogg, un des signataires.

Un camouflet pour Theresa May

Jusque-là, le gouvernement conservateur de Theresa May avait indiqué qu'il laisserait le Parlement voter sur l'accord de divorce, tout en affirmant qu'en cas de rejet, la seule option resterait une sortie sans accord. Ce qu'entend empêcher ce nouvel amendement. Le texte doit toutefois revenir dans les prochaines semaines devant les députés, qui l'avaient adopté en janvier et qui pourraient donc supprimer cet amendement.

Avec ce vote, l'exécutif britannique encaisse un énième revers. Avant même son adoption, un porte-parole de la Première ministre avait prévenu que l'amendement risquait "d'affaiblir la main du Royaume-Uni dans les négociations sur le Brexit".