Royaume-Uni : les députés approuvent la première étape de l'accord de Brexit de Boris Johnson

Les députés de la Chambre des communes ont décidé, par 358 voix pour (234 contre) de lancer le projet de loi traduisant dans la loi l'accord de divorce négocié avec Bruxelles.

Le Parlement britannique, nouvellement élu, a apporté son soutien à l\'accord de Brexit du Premier ministre Boris Johnson, le 20 décembre 2019. 
Le Parlement britannique, nouvellement élu, a apporté son soutien à l'accord de Brexit du Premier ministre Boris Johnson, le 20 décembre 2019.  (AFP PHOTO / UK PARLIAMENT)

L'accord de Brexit du Premier ministre britannique Boris Johnson a franchi, vendredi 20 décembre, une première étape décisive au Parlement. Ce vote met sur les rails, sans attendre Noël, la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne le 31 janvier.

Après trois ans de crise et de blocages après le référendum de 2016, le bouillonnant dirigeant conservateur a remporté, le 12 décembre, une majorité écrasante lors des élections législatives, lui ouvrant un boulevard pour remplir sa promesse de mettre en œuvre le Brexit, approuvé à 52% par les Britanniques en juin 2016. A peine huit jours plus tard, la Chambre des communes, où siègent les députés, s'est réunie exceptionnellement un vendredi pour lancer le processus d'adoption avant la pause de Noël. Elle a approuvé avec 358 voix pour (234 contre) le projet de loi traduisant dans la loi l'accord de divorce négocié avec Bruxelles.

De nouveaux débats en janvier

Après ce premier vote, le texte doit faire l'objet de débats plus détaillés à partir du 7 janvier et une adoption finale espérée par le gouvernement dès le 9 janvier. Une fois l'assentiment de la reine reçu, il ne restera alors plus qu'au Parlement européen de le ratifier pour que le Royaume-Uni sorte de l'Union européenne le 31 janvier 2020, après quarante-sept ans d'une vie commune mouvementée et un divorce reporté trois fois.

Ce texte marque un tournant "dans notre histoire nationale" et ne doit "pas être vu comme la victoire d'un parti sur un autre", a déclaré, avant le vote, Boris Johnson devant une Chambre des communes aux bancs conservateurs enthousiastes. "Il est temps d'agir ensemble", "dans une confiance renouvelée dans notre destin national", a-t-il poursuivi, exaltant le "génie national".