Brexit : une loi pour protéger les Français

Theresa May s'est rendue à Bruxelles (Belgique) et Berlin (Allemagne) mardi 11 décembre pour tenter d'obtenir de nouvelles concessions sur l'accord sur le Brexit. Les députés français ont voté, eux, un projet de loi permettant de prendre des mesures par ordonnance dans le cas d'un "no-deal". Quels sont les risques ?

Voir la vidéo
FRANCE 2

Quelque 300 000 Français vivent outre-Manche, dont les trois quarts à Londres (Royaume-Uni), qui vaut à la capitale britannique le surnom de "sixième ville de France". Dans le très chic quartier de Chelsea, une douce odeur de Bretagne. Dans cette crêperie installée depuis un an, une sortie sèche de l'Europe, sans accord, compliquerait le recrutement de serveurs français. "Ça a été très facile de venir ici, s'il y a besoin d'un visa ça sera plus compliqué", explique un employé au micro de France 2.

Cinq fois plus de demandes de passeports britanniques

"Ce qui peut se passer, c'est qu'il y ait des quotas, que l'employeur doive justifier qu'il doit employer quelqu'un venant de l'étranger par rapport à quelqu'un du Royaume-Uni", s'inquiète le patron de la crêperie, François Popon. Un pacte potentiel concernerait la main d'œuvre, mais aussi les marchandises. Pour anticiper les casse-tête administratifs, le gouvernement français a présenté un projet de loi voté à l'Assemblée nationale dans la nuit de lundi à mardi 11 décembre, visant à protéger travailleurs et étudiants. Sinon, il y a toujours la double nationalité. Les demandes de passeports britanniques ont été multipliées par cinq en deux ans à peine, par crainte du Brexit.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les drapeaux européen et du Royaume-Uni le 24 septembre 2017 à Brighton au Royaume-Uni.
Les drapeaux européen et du Royaume-Uni le 24 septembre 2017 à Brighton au Royaume-Uni. (DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP)