Brexit : la ministre du Travail, Amber Rudd, claque la porte d'un gouvernement britannique en pleine crise

"Je ne peux pas rester alors que des bons et loyaux conservateurs modérés sont exclus", a-t-elle déclaré en référence à la récente exclusion du Parti conservateur de 21 députés.

La ministre britannique Amber Rudd quitte son cabinet, le 3 septembre 2019 à Londres.
La ministre britannique Amber Rudd quitte son cabinet, le 3 septembre 2019 à Londres. (NIKLAS HALLE'N / AFP)

Elle était en désaccord avec la stratégie de Brexit du Premier ministre, Boris Johnson. La ministre du Travail et des Retraites britannique, Amber Rudd, a annoncé sa démission samedi 7 septembre. "Je ne peux pas rester alors que des bons, loyaux conservateurs modérés sont exclus", a déclaré dans un communiqué la ministre et députée, en référence à l'exclusion du Parti conservateur de 21 députés qui ont voté cette semaine avec l'opposition une proposition de loi destinée à éviter un Brexit sans accord.

Trouver un accord n'est plus l'"objectif principal"

Amber Rudd, 56 ans, quitte à la fois le gouvernement, dont elle était un poids lourd, et le Parti conservateur, critiquant très vertement la stratégie du Premier ministre dans une lettre publiée sur Twitter.

Elle qui avait voté pour rester dans l'Union européenne lors du référendum de juin 2016 estime que l'"objectif principal" du gouvernement n'est plus d'obtenir un accord de sortie avec l'Union européenne. "Le gouvernement consacre beaucoup d'énergie à se préparer à un 'no deal', mais je n'ai pas vu le même degré d'intensité dans nos discussions avec l'Union européenne", dénonce-t-elle.