Brexit : Jersey va accorder des licences provisoires aux bateaux de pêche européens

L'accès aux eaux de Jersey et à l'île voisine de Guernesey, également située au large de côtes françaises, est une source de friction entre Londres et Paris depuis que la Grande-Bretagne a définitivement quitté l'UE en janvier.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des bateaux de pêche français dans le port de Saint-Hélier, à Jersey, le 6 mai 2021.  (SAMEER AL-DOUMY / AFP)

Depuis le Brexit, l'accès aux eaux est source de vives tensions entre l'Union européenne et la Grande-Bretagne. Dans ce contexte, le gouvernement autonome de Jersey, île située entre la France et la Grande-Bretagne, a annoncé vendredi 24 septembre qu'il octroierait la semaine prochaine des licences provisoires aux bateaux de pêche de pays de l'UE, sans préciser le nombre de licences concernées.

Des licences provisoires seront par ailleurs délivrées à ceux qui ont besoin de plus de temps pour rassembler les justificatifs permettant de les obtenir, a fait savoir le gouvernement autonome.

Les autorités britanniques demandent en effet aux pêcheurs européens, dont la plupart travaillent au-delà des eaux françaises au large de la Normandie et de la Bretagne, de prouver l'antériorité de leur activité dans les eaux britanniques pour obtenir le renouvellement de leur licence. Les bateaux plus petits, qui ne possèdent pas de système de localisation satellitaire, ont des difficultés pour rassembler les justificatifs. Ils ont jusqu'au 31 janvier désormais pour fournir les justificatifs nécessaires.

Tensions entre le Royaume-Uni et la France

Jeudi, la ministre de la Mer, Annick Girardin, avait réclamé au Royaume-Uni 169 autorisations définitives pour l'accès aux eaux britanniques des pêcheurs français, à quelques jours de l'expiration de leurs licences provisoires, le 30 septembre.

Le ministère de la Mer a averti que si des licences définitives n'étaient pas accordées aux pêcheurs français, la France demandera à l'Union européenne d'activer des mesures de rétorsion.

Début mai, des dizaines de bateaux de pêcheurs normands et bretons s'étaient massés dans le port de Saint-Hélier à Jersey pour manifester leur mécontentement et défendre leur droit de continuer à pêcher dans les eaux de Jersey, provoquant l'envoi par Londres de deux patrouilleurs qui ont été suivis par des patrouilleurs français.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Brexit

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.