DIRECT. Brexit : les pêcheurs français quittent les eaux de Jersey, après une rencontre infructueuse avec un ministre de l'île

Une cinquantaine de bateaux français s'étaient réunis devant le port de Saint-Hélier pour protester contre les conditions de pêche depuis la sortie du Royaume-Uni de l'UE.

Un navire militaire français déployé non loin de l\'île britannique de Jersey, le 6 mai 2021. 
Un navire militaire français déployé non loin de l'île britannique de Jersey, le 6 mai 2021.  (SAMEER AL-DOUMY / AFP)
Ce qu'il faut savoir

La cinquantaine de bateaux de pêche français qui étaient au large de Jersey depuis ce matin pour protester contre les conditions de pêche imposées aux marins français après le Brexit ont commencé à quitter les eaux de l'île anglo-normande, jeudi 6 mai. Les responsables de Jersey "restent sur leur position", a déclaré Ludovic Lazaro, pêcheur de Granville, à l'AFP, après une rencontre entre les pêcheurs français et un ministre de Jersey. "Maintenant, c'est aux ministres de s'arranger. Nous, on ne va plus pouvoir faire grand-chose", a-t-il ajouté. Suivez notre direct.

 La ministre de la Mer appelle les autorités britanniques à revenir sur les restrictions. Dans un communiqué envoyé à l'AFP, Annick Girardin a rappelé que l'accord entre l'UE et le Royaume-Uni "prévoit des mesures de rétorsion en cas de non-respect par l'une des parties""Avant que la Commission européenne (...) n'en arrive à une telle extrémité, je souhaite que les autorités britanniques reviennent sur leur décision", a-t-elle ajouté, rappelant "les relations de bon voisinage que la France entretient avec Jersey depuis plus de 150 ans".

 Deux patrouilleurs français ont été déployés. "Avec une cinquantaine de pêcheurs sur zone, on a préféré prépositionner ces deux bâtiments", a justifié une porte-parole de la préfecture maritime de la Manche et de la Mer du Nord.

Deux navires de guerre britanniques sur place. Le gouvernement britannique a également envoyé deux bateaux de la Royal Navy pour "surveiller la situation", selon un porte-parole du ministère de la Défense britannique. Ce dernier a ajouté qu'il s'agissait "d'une mesure strictement préventive, en accord avec le gouvernement de Jersey""Ces manœuvres ne doivent pas nous impressionner", a réagi jeudi matin auprès de l'AFP le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, Clément Beaune.

 Les pêcheurs français manifestent. Plus d'une cinquantaine de bateaux de pêche français sont arrivés vers 7 heures devant Saint-Hélier, la capitale de l'île anglo-normande, pour protester contre les conditions de pêche imposées aux marins français après le Brexit. 

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #BREXIT

19h54 : Une équipe de France 3 Normandie a embarqué avec la soixantaine de bateaux normands et bretons qui ont manifesté devant le port de Saint-Hélier, à Jersey. Bilan (de Normand) d'un pêcheur à la fin de l'action : "C'est pas gagné mais c'est peut-être pas autant perdu qu'on a l'impression."



19h46 : Le Royaume-Uni annonce le rappel des deux patrouilleurs de sa marine, après le départ des dizaines de bateaux de pêche français qui s'étaient rassemblés à Jersey dans le cadre d'une dispute post-Brexit entre Paris et Londres sur l'accès aux eaux poissonneuses de l'île.

18h26 : Voici le point sur l'actualité à 18 heures :

• La France accélère sa campagne vaccinale. Tous les plus de 50 ans pourront prendre rendez-vous pour se faire vacciner contre le Covid-19 dès lundi plutôt que le 15 mai. A partir de mercredi, tous les majeurs pourront par ailleurs prendre rendez-vous via Doctolib si des doses de vaccin sont disponibles près de chez eux la veille pour le lendemain, a annoncé Emmanuel Macron.

Tensions autour de Jersey. Une cinquantaine de bateaux de pêche ont protesté dans le calme et sous la surveillance de la Royal Navy, ce matin devant l'île anglo-normande de Jersey, contre les conditions de pêche imposées aux marins français après le Brexit, avant de regagner leurs ports en début d'après-midi.

• Une femme soupçonnée d'avoir été sur les lieux du drame a été placée en garde à vue dans l'enquête sur la mort d'un policier à Avignon (Vaucluse), hier, a appris franceinfo de source proche de l'enquête. Elle est suspectée d'être la cliente du dealer qui a tiré sur le fonctionnaire de police lors du contrôle avant de prendre la fuite. Alors qu'il est toujours en fuite, la qualification de "meurtre" a été retenue contre l'auteur des coups de feu mortels, a précisé le procureur de la République d'Avignon cet après-midi.

Lors d'un point presse, la procureure de la République de Bordeaux a précisé quelques points concernant le profil de l'auteur du féminicide survenu mardi. Mounir B. a notamment sept condamnations à son casier judiciaire. Voici ce que l'ont sait de cette affaire.

14h54 : Les responsables de Jersey "restent sur leur position", a déclaré Ludovic Lazaro, pêcheur de Granville, à l'issue d'une rencontre entre les pêcheurs français et un ministre de Jersey. "Maintenant, c'est aux ministres de s'arranger. Nous, on va plus pouvoir faire grand chose", a-t-il ajouté.

14h54 : La cinquantaine de bateaux de pêche français qui étaient au large de Jersey depuis ce matin pour protester contre les conditions de pêche imposées aux marins français après le Brexit ont commencé dans l'après-midi à quitter les eaux de l'île anglo-normande, ont-ils indiqué à l'AFP.

14h27 : Les pêcheurs français quittent les eaux de Jersey.

14h34 : Il est l'heure de faire un point sur l'actualité à 14 heures :

• La France accélère sa campagne vaccinale. Tous les plus de 50 ans pourront prendre rendez-vous pour se faire vacciner contre le Covid-19 dès lundi plutôt que le 15 mai. A partir de mercredi, tous les majeurs pourront par ailleurs prendre rendez-vous via Doctolib si des doses de vaccin sont disponibles près de chez eux la veille pour le lendemain, a annoncé Emmanuel Macron.

Tensions autour de Jersey. Sous la surveillance de deux navires de la Royal Navy, des dizaines de bateaux de pêche français ont convergé ce matin devant le port de la capitale de l'île anglo-normande, pour protester contre les conditions de pêche imposées aux marins français après le Brexit. Deux patrouilleurs français ont été envoyés non loin, selon les autorités maritimes françaises.

• Une femme soupçonnée d'avoir été sur les lieux du drame a été placée en garde à vue dans l'enquête sur la mort d'un policier à Avignon (Vaucluse), hier, a appris franceinfo de source proche de l'enquête. Elle est suspectée d'être la cliente du dealer qui a tiré sur le fonctionnaire de police lors du contrôle avant de prendre la fuite.

• Les laboratoires Pfizer et BioNTech ont conclu un protocole d'accord avec le CIO pour fournir des vaccins contre le Covid à destination de tous les sportifs et de leurs délégations participant aux Jeux olympiques de Tokyo.

13h02 : La ministre française de la Mer Annick Girardin a appelé les autorités britanniques à revenir sur les restrictions d'accès aux eaux de Jersey imposées aux pêcheurs français à la suite du Brexit, dans une déclaration à l'AFP après plusieurs jours de tensions dans ce dossier.


(SAMEER AL-DOUMY / AFP)

12h28 : Paris appelle Londres à revenir sur les restrictions imposées aux pêcheurs français.

12h01 : Voici le point sur l'actualité à la mi-journée :

La France accélère sa campagne vaccinale. Tous les plus de 50 ans pourront prendre rendez-vous pour se faire vacciner contre le Covid-19 dès lundi plutôt que le 15 mai. A partir de mercredi, tous les majeurs pourront par ailleurs prendre rendez-vous via Doctolib si des doses de vaccin sont disponibles près de chez eux la veille pour le lendemain, a annoncé Emmanuel Macron.

Tensions autour de Jersey. Sous la surveillance de deux navires de la Royal Navy, des dizaines de bateaux de pêche français ont convergé ce matin matin devant le port de la capitale de l'île anglo-normande, pour protester contre les conditions de pêche imposées aux marins français après le Brexit. Deux patrouilleurs français ont été envoyés non loin, selon les autorités maritimes françaises.

Une femme soupçonnée d'avoir été sur les lieux du drame a été placée en garde à vue dans l'enquête sur la mort d'un policier à Avignon (Vaucluse), hier, a appris franceinfo de source proche de l'enquête. Elle est suspectée d'être la cliente du dealer qui a tiré sur le fonctionnaire de police lors du contrôle avant de prendre la fuite.

• L'UE s'est dite "prête à discuter" de la proposition américaine pour lever les protections de propriété intellectuelle sur les vaccins contre le Covid, afin d'en accélérer la production et la distribution, a déclaré la présidente de la Commission européenne.

11h28 : Un peu plus tôt, le Royaume-Uni avait déployé deux navires de la Royal Navy, le HMS Severn et le HMS Tamar, afin de "surveiller la situation" à proximité de Jersey. Ces "manœuvres" britanniques "ne doivent pas nous impressionner", avait réagi le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes Clément Beaune.

11h22 : "Avec une cinquantaine de pêcheurs sur zone, forcément, on a préféré prépositionner ces deux bâtiments", a indiqué une porte-parole de la préfecture maritime de la Manche et de la Mer du Nord. La mission du patrouilleur côtier de la gendarmerie maritime Athos et de celui des affaires maritimes Themis est d'assurer "la sécurité de la navigation et la sauvegarde de la vie humaine en mer", indique la même source.

11h17 : Deux patrouilleurs français ont été déployés à proximité de l'île anglo-normande de Jersey où se sont rassemblés plus d'une cinquantaine de bateaux de pêche français pour protester contre les conditions de pêche imposées après le Brexit.

09h31 : "On est extrêmement surpris de l'ampleur que tout cela prend". Interrogé sur France Inter, le ministre assistant de Jersey chargé de l'Environnement se dit "prêts à discuter directement avec les pêcheurs" pour attribuer les licences de pêches autour de l'île.

09h22 : Plus d'une cinquantaine de bateaux de pêche français se sont réunis, ce matin devant Saint-Hélier, la capitale de l'île anglo-normande de Jersey, pour protester contre les conditions de pêche imposées aux marins français après le Brexit. Nous vous en disons davantage par ici.