Boris Johnson prévient Emmanuel Macron que le Brexit ne sera pas reporté

Alors que la date butoir du 31 octobre approche, Boris Johnson s'attache à convaincre les dirigeants européens de la pertinence de son projet d'accord présenté à l'Union européenne.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson, le 3 octobre 2019 à Londres.
Le Premier ministre britannique Boris Johnson, le 3 octobre 2019 à Londres. (ALBERTO PEZZALI / NURPHOTO / AFP)

Cette fois, c'est la bonne. Boris Johnson a de nouveau exclu, dimanche 6 octobre, un report du Brexit (prévu le 31 octobre) lors d'un entretien téléphonique avec Emmanuel Macron. Le président français lui de son côté a proposé de faire un bilan "en fin de semaine" sur les chances d'aboutir à un accord.

"L'Union européenne ne devrait pas être persuadée, à tort, que le Royaume-Uni pourrait rester dans l'UE après le 31 octobre", a affirmé le chef de gouvernement britannique. Qui en a profité pour mettre en avant la "dernière opportunité de parvenir à un accord". "Mais pour que cela soit possible, l'UE doit faire les mêmes compromis que le Royaume-Uni a fait ces dernières semaines et mois", a-t-il insisté.

De son côté, Emmanuel Macron a déclaré que "la négociation devait se poursuivre rapidement dans les prochains jours avec l'équipe de Michel Barnier [le négociateur en chef du Brexit pour l'UE], afin d'évaluer en fin de semaine prochaine si un accord est possible", selon l'Elysée.

Londres en intense campagne de lobbying

Le plan présenté mercredi par Boris Johnson a été accueilli avec scepticisme à Bruxelles, qui y voit plusieurs points "problématiques". Le Premier ministre britannique s'attache donc à tenter de convaincre les dirigeants européens : outre Emmanuel Macron, il s'est entretenu ce week-end avec ses homologues finlandais, néerlandais et portugais, et poursuivra ses discussions, tandis que son ministre du Brexit continuera de sillonner les capitales européennes jusqu'à mardi.

>> Brexit : c'est quoi, ce nouveau plan proposé par Boris Johnson ?

Son projet vise à mettre fin au casse-tête de la frontière irlandaise, en évitant le retour de contrôles entre l'Irlande, membre de l'UE, et l'Irlande du Nord, qui quittera l'UE comme le reste du Royaume-Uni. Mais les Européens estiment que ce projet doit être retravaillé. Si Londres ne "revient pas avec de nouvelles propositions sur deux problèmes graves que nous leur avons signalés, je ne vois pas comment nous pourrions avancer", a averti Michel Barnier.