Cet article date de plus de huit ans.

La France accorde l'asile à la chef de file des Femen

Menacée de poursuites en Ukraine, Inna Shevchenko a obtenu le statut de réfugiée auprès de l'Office français de protection des réfugiés et apatrides.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Inna Shevchenko (D), le 2 mars 2012, à Vienne (Autriche), lors d'une conférence de presse des Femen. (HEINZ-PETER BADER / REUTERS)

Elle est désormais "placée sous la protection juridique et administrative" de la France. La chef de file des Femen en France, Inna Shevchenko, a obtenu le statut de réfugiée auprès de l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra), a indiqué, lundi 8 juillet, cette militante ukrainienne. Agée de 23 ans, Inna Shevchenko avait demandé l'asile en février et a "reçu récemment" la réponse positive de l'Ofpra. L'Office n'a pas été en mesure de confirmer cette information, qui est "confidentielle".

La décision aurait été prise le 9 avril. Cette demande d'asile était "un choix stratégique", a expliqué la chef de file des Femen, car "pour développer le mouvement, nous avons besoin d'un lieu, d'un pays". Elle a rappelé qu'elle était menacée de poursuites dans son pays pour avoir découpé à la tronçonneuse une croix orthodoxe, un geste de protestation contre la condamnation de trois membres du groupe Pussy Riot qui avaient chanté une "prière punk" contre le président Poutine dans une cathédrale de Moscou.

Inna Shevchenko est arrivée en France en août 2012 avec un visa touristique. Les Femen, un groupe de féministes ukrainiennes désormais installé à Paris et qui a fait des émules dans plusieurs pays du monde, sont connues depuis 2010 pour leurs actions seins nus visant à dénoncer le sexisme, l'homophobie, la prostitution et la religion.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.