L'Union européenne inflige à Microsoft une amende de 561 millions d'euros

Le géant américain des logiciels s'était engagé en 2009 à laisser à ses clients le choix du navigateur pour son système d'exploitation Windows 7. La Commission européenne estime qu'il n'a pas respecté cet engagement.

Le siège de Microsoft France à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). Le géant américain doit payer 561 millions d\'euros d\'amende à l\'Union européenne pour non-respect de ses engagements.
Le siège de Microsoft France à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). Le géant américain doit payer 561 millions d'euros d'amende à l'Union européenne pour non-respect de ses engagements. (NATHAN ALLIARD / PNS / AFP)

Microsoft reconnaît "son entière responsabilité" et promet de faire en sorte "d'éviter que cette erreur, ou quoi que ce soit de similaire, se reproduise à l'avenir". Le géant américain des logiciels a été condamné par la Commission européenne à payer une amende de 561 millions d'euros, mercredi 6 mars. Le groupe n'a pas respecté un accord antitrust, conclu avec l'Union européenne et qui portait sur l'obligation de proposer un choix de navigateurs.

Bruxelles reprochait à Microsoft de biaiser la concurrence entre navigateurs en incorporant systématiquement son propre logiciel, Internet Explorer, à Windows. La solution consistait à proposer jusqu'en 2014 aux utilisateurs un écran multichoix leur permettant de sélectionner facilement un navigateur dans une liste à télécharger. 

 2,16 milliards d'euros de sanctions financières au total

La Commission avait rendu contraignants en 2009 les engagements proposés par le géant américain des logiciels. Or Microsoft n'a pas intégré l'écran multichoix au Service Pack 1 de Windows entre mai 2011 et juillet 2012. Mis devant le fait accompli, la société a immédiatement reconnu ce qu'elle a présenté comme une erreur, et y a remédié.

C'est la première fois que les services européens de la concurrence imposent une amende pour non-respect d'engagements pris devant eux. Cette nouvelle amende porte à 2,16 milliards d'euros au total les sanctions financières infligées à Microsoft pour des entorses au droit européen de la concurrence.