L'Italie dit basta aux anglicismes

En guise de bonnes résolutions pour l’année 2016, l’équivalent de notre Académie française, l’Accademia della Crusca, a décidé de combattre les anglicismes, un mal profond et généralisé en Italie selon les linguistes transalpins.

(illustration ©maxPPP)

Les mots anglais envahissent le vocabulaire italien, le jeune et réformiste président du Conseil italien Matteo Renzi est d’ailleurs le champion en la matière. Alors, des linguistes italiens ont décidé de sauver leur langue.

Basta aux anglicismes ! Le reportage de Mathilde Imberty à Rome pour France Info
--'--
--'--

"Computere", "car sharing", "parcheggio delle bike", "single"

Le mal est profond et généralisé diagnostiquent les linguistes. Les anglicismes se sont invités dans tous les domaines. En italien, un ordinateur se dit : "computere ", le covoiturage se dit : "car sharing ", un parking à vélos se dit "parcheggio dele bikes ". Quant à celui ou celle qui n’a pas encore trouvé l’âme sœur en Italie, il s’agit d’un "single ".

Face à la contagion l’Accademia della Crusca, équivalent de notre Académie française, a monté à l’automne une police de prévention dont fait partie le linguiste Paolo D’Aquile. "Bien sûr on ne va pas chercher, nous, à imposer des normes, explique l’homme. Mais on repère les Anglicismes que l’Etat a tendance à utiliser. Des anglicismes naissants. Et avant qu’ils ne deviennent trop répandus, on vérifie qu’il n’existe pas des alternatives en italien ", précise-t-il.

"Centre d’identification des migrants" plutôt que "Hotspot"

Les experts ont par exemple récemment proposé le terme "Adoptions Monoparentales" plutôt que "adoptions gays", pour le prochain projet de loi sur le sujet. Ils préfèrent également "Centre d’identification des migrants" à "Hotspot". La tâche est immense d’autant que le premier contaminé par cette épidémie d’anglicisme est le président du Conseil italien en personne Matteo Renzi. Il a fait adopter le Jobs Act  autrement dit "réforme du marché du travail" ou encore la Spending Review , qui n’a pas échappé à Silvia : "La Spending Review c’est l’exemple type. Ça veut dire la réduction des dépenses budgétaires. C’est plus synthétique en anglais et ça brouille aussi le message" , s’insurge-t-elle.

"Calcio", "panino"... certains mots font de la résistance !

L’Italien est réputé accueillant. Sa langue l’est aussi. Et les explications sont à rechercher dans l’histoire du Pays, comme l’explique le professeur d’Aquile : "La première raison, c’est que sous le fascisme il y a eu une politique d’exclusion des mots étrangers et cela rend aujourd’hui les Italiens très prudents sur le sujet. Et puis l’Italien est une langue très jeune. Pendant longtemps l’italien a été la langue de la littérature mais au quotidien on utilisait davantage le dialecte."

Sur Internet la pétition DitteloinItaliano soit Diteslenitalien" a été un succès. Les Italiens ne s’avouent pas totalement vaincus. D’ailleurs le Panino n’a pas encore été détrôné par le Sandwich … et le football se dit encore et toujours Calcio.