L'Europe décide de limiter la pêche aux bars

Ce poisson très prisé sur les tables est une espèce très menacée. France 3 a rencontré des ligneurs en Bretagne.

France 3

À Sainte-Marie (Finistère), les plaisanciers dorment encore lorsque les pêcheurs à la ligne partent en mer. France 3 a suivi l'un d’eux en ce lundi 8 juin, journée mondiale de l'océan. Depuis 30 ans il part en mer plusieurs fois par semaine pour pêcher du bar. Il y a 20 ans, il y avait encore 200 pêcheurs à la ligne. Aujourd'hui, ils ne sont plus qu'une soixantaine. Car les stocks de poissons de cette espèce sont épuisés. "Aujourd'hui, je suis tout seul, avant on pouvait être 30, 40 bateaux au même endroit et tout le monde trouvait du poisson", commente le ligneur Gwen Pellarun au micro de France 3.

Un cours à la hausse

Pour attraper quelques bars, il doit donc sillonner de plus en plus loin. Les pêcheurs à la ligne comme lui ne sont pas responsables de la surpêche. Mais ils vont devoir aussi limiter leurs prises à partir du 16 juin. Ils auront droit à une tonne par mois et par bateau, ce qui représente 700 à 800 poissons.

Les chalutiers, eux aussi, vont se limiter à 1,5 tonne, ce qui va les dissuader de sortir. Le bar sauvage va devenir une denrée rare. À la criée, son cours est à la hausse : 25 euros le kg, 10 euros de plus qu'il y a un an. Le bar de ligne devient un luxe.

Le JT
Les autres sujets du JT