L'Allemagne peu attentive au procès du "comptable d'Auschwitz"

En direct de Berlin, Amaury Guibert commente le faible débat suscité par le procès d'Oskar Gröning, un ancien officier nazi âgé de 93 ans.

France 2

Oskar Gröning ne pensait sans doute pas se trouver face à la justice soixante-dix ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale. La société allemande ne s'attendait d'ailleurs pas non plus à un procès aussi tardif, explique Amaury Guibert, en direct de Berlin pour France 2. "Quel sens a ce procès soixante-dix ans après ? Doit-on juger un vieillard ? Pourquoi le faire seulement maintenant ?"

Le nazisme n'a plus le même poids symbolique

Mais au-delà de ces questions, le procès du comptable du camp d'extermination d'Auschwitz, accusé des meurtres aggravés d'au moins 300 000 juifs en 1944, ne suscite pas vraiment d'intérêt en Allemagne.

"Une page est en train de se tourner. Le nazisme n'occupe plus cette place écrasante qu'il a pu avoir dans l'Allemagne d'après-guerre, avec notamment cette question de la responsabilité collective", analyse le journaliste. Mais la population n'oublie pas son passé : d'après un sondage, c'est un sujet de discussion régulier pour la moitié des familles allemandes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Oskar Gröning, l\'ancien \"comptable\" d\'Auschwitz, lors du premier jour de son procès le 21 avril 2015 à Lueneburg (Allemagne).
Oskar Gröning, l'ancien "comptable" d'Auschwitz, lors du premier jour de son procès le 21 avril 2015 à Lueneburg (Allemagne). (RONNY HARTMANN / DPA / AFP)