Cet article date de plus de neuf ans.

J.K. Rowling donne 1,2 million d'euros contre l'indépendance de l'Ecosse

Un référendum d'autodétermination aura lieu dans moins de cent jours dans cette nation du Royaume-Uni. L'auteure de la saga "Harry Potter" s'engage pour le "non" à l'indépendance.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
L'auteure de la saga "Harry Potter", J.K. Rowling, dans les tribunes de Wimbledon (Royaume-Uni), en juin 2012. (GLYN KIRK / AFP)

Citoyenne britannique habitant Edimbourg depuis 21 ans, J.K. Rowling ne veut pas de l'indépendance de l'Ecosse. L'auteure de la saga Harry Potter a annoncé, mercredi 11 juin, avoir fait un don d'un million de livres (1,2 million d'euros) à la campagne Better Together, qui milite pour le maintien de l'Ecosse au sein du Royaume-Uni. J.K. Rowling expose les raisons de son engagement au côté du camp du "non" à l'indépendance pour le référendum du 18 septembre dans un long message publié sur son site www.jkrowling.com (lien en anglais).

"Du fait de mon lieu de résidence, de mon mariage et de la gratitude que j'éprouve pour ce que ce pays m'a donné, mon engagement va entièrement à l'Ecosse, et c'est dans cet esprit que j'ai écouté pendant des mois les arguments et contre-arguments", écrit-elle. "Plus je lis une variété de sources indépendantes et impartiales, plus je suis amenée à conclure que si l'indépendance peut nous apporter des opportunités - tous les changements recèlent des opportunités -, elle comporte également des risques importants." 

L'Ecosse soumise aux mêmes pressions que le reste du monde"

Tout en reconnaissant ne "pas être fan du gouvernement actuel" britannique, l'auteure affirme : "La vérité est que l'Ecosse est soumise aux mêmes pressions du 21e siècle que le reste du monde, elle doit se battre dans le même marché mondial (...). Je doute que nous puissions jamais être plus populaire ou en meilleure position pour dicter nos conditions que si nous votons pour rester" au sein du Royaume-Uni.

A près de 100 jours du référendum d'autodétermination, le camp du "oui" redouble d'efforts pour séduire les nombreux indécis dans l'espoir de rattraper son retard, toujours conséquent, face aux opposants à l'indépendance.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.